Aspirine en prévention primaire chez le diabétique

•Qu’en est-il en 2010 de l’aspirine en prévention primaire des événements cardiovasculaires chez le  patient diabétique?

Les patients diabétiques ont un risque accru d’événements cadiovasculaires. La plupart des recommandations préconisent la prescription d’aspirine en prévention primaire des événements cardiovasculaires chez le diabétique. La revue de la littérature à ce jour montre que ces recommandations sont à présent remises en cause.

“Un nombre croissant de données suggèrent que l’aspirine en prévention primaire a une efficacité inférieure chez les patients diabétiques que non diabétiques. Les diabétiques bénéficiaires de l’aspirine  doivent avoir une atteinte artérielle périphérique symptomatique, le seul IPS (index de pression systolique  cheville/bras) inférieur à 0,90, critère très intermédiaire d’une athérosclérose des membres inférieurs, ne suffisant pas à définir la probabilité de ce bénéfice” Bibliomed:4 juin 2009, n°548, mots clés: aspirine, diabéte, prévention, risque cardiovasculaire: Aspirine et prévention primaire chez le diabétique de type 2.

•”Cette méta-analyse montre que le bénéfice attendu de l’aspirine en prévention primaire chez le diabétique n’excède pas le risque d’évènements hémorragiques majeurs, surtout pour les patients à risque cardiovasculaire faible et chez les patients dont l’âge est supérieur à 70 ans et qui ont un risque hémorragique majeur”
BMJ:novembre 2009: aspirin for primary prevention of cardiovascular events in people with diabetes:meta-analysis of randomised controlled trials.

•”Dans les essais, chez les patients diabétiques, l’aspirine n’a pas eu d’efficacité préventive cardiovasculaire, ni en termes de mortalité cardiovasculaire, ni en termes de mortalité totale ».
Prescrire:juillet 2010, n°321: Aspirine et prévention d’un premier accident cardio vasculaire.

•”Cette étude confirme qu’en l’absence d’évènement cardiovasculaire avéré, l’administration préventive d’aspirine n’est pas prouvée efficace mais peut augmenter le risque d’hémorragie majeure chez des patients avec seul IPS inférieur à 0,95”
Minerva:Minerva Online, 2010-05-27: index cheville-bras diminué:aspirine en prévention? lien:http://www.minerva-ebm.be/fr/review.asp?id=18

•A ce jour la revue de la littérature ne permet que de conclure pour notre pratique:aucune recommandation sur ce point n’est actuellement factuelle. Le diabéte ne justifie pas en soi la prescription systématique d’aspirine en prévention primaire du risque cardio-vasculaire.

Synthèse Nathalie Péronnet-Salaün le 28.10.10.

-Cette synthèse s’appuyait sur la méta-analyse de Bérardis parue en Novembre 2009 dans le BMJ, et sur les analyses de la Revue Prescrire, de Bibliomed et de Minerva.

•Voici un suivi prospectif pour identifier les autres données publiées qui complètent notre analyse:

·C’est tout d’abord le NICE (équivalent de la HAS en Angleterre ) qui a pris soin de mettre en garde les praticiens, en précisant que la prescription d’aspirine en prévention primaire chez les diabétiques était hors AMM.1

·Trois méta-analyses ont été publiées depuis 9 mois :

  1. d’abord celle Pignone en mai 20102 , à la demande de l’American Diabetes Association et de l’ American Heart Association American College of Cardiology Foundation, qui conclut que l’aspirine est associé à une baisse du risque relatif de faire un évènement coronarien(fatal ou non ) de 9% non statistiquement significatif (RR 0.91, 95% CI 0.79 to 1.05)
  2. puis celle de Younis en Juin 20103 qui conclut que l’analyse de six essais incluant 7374 patients diabétiques ne montre pas de réduction de la mortalité totale dans le groupe aspirine, RR= 0,96 95 CI 0,78-1,18 p= 0,71 )
  3. et enfin celle de Stavrakis4 dont les conclusions sont que l’aspirine réduit de manière non statistiquement significative le risque de faire un évènement cardio-vasculaire majeur, hazard ratio = 0.89, 95% CI 0.70-1.13, p= 0.33

 

·Ces résultats sont cohérents avec celui de la méta-analyse de Bérardis dans le BMJ5

Il faut se rappeler que la recommandation sur la prise en charge du diabète de type 2 de la HAS qui fonde l’indicateur du CAPI date de 2006. Toutes les analyses publiées depuis 2 ans confirment que cette recommandation ne repose pas sur des preuves solides.

Mise à jour le 16.03.2011 par Philippe Nicot.

  1. NICE. The Medicines and Healthcare products Regulatory Authority (MHRA ) advices on aspirin. []

  2. Pignone M et coll. Aspirin for Primary Prevention of Cardiovascular Events in People With Diabetes. Expert document consensus. J Am Coll Cardiol, 2010; 55:2878-2886, doi:10.1016/j.jacc.2010.04.003 []
  3. Younis N, Williams S, Ammori B, Soran H. Role of aspirin in the primary prevention of cardiovascular disease in diabetes mellitus: a meta-analysis. Expert Opin Pharmacother. 2010. Jun;11(9):1459-66 []
  4. Stavrakis S, Stoner JA, Azar M, Wayangankar S, Thadani U. Low-dose aspirin for primary prevention of cardiovascular events in patients with diabetes: a meta-analysis. Am J Med Sci. 2011 Jan;34(1):1-9 []
  5. Novembre 2009, RR= 0.90, 95% CI 0.81 to 1.00 []

Un commentaire

  1. Nathalie Péronnet Salaün dit :

    Une nouvelle méta-analyse confirmant les bénéfices modestes de l’aspirine en prévention cardio-vasculaire et les risques hémorragiques importants. Une réévaluation des guides thérapeutiques actuels est nécessaire. http://www.voixmedicales.fr/2012/06/04/aspirine-en-prevention-primaire-une-indication-au-cas-par-cas/