… un cardio qui prescrit du Dabigatran (Pradaxa°)

Le 23/12/10

Cher confrère,  Je vous remercie de votre courrier concernant la prescription  de Dabigratran chez Mr D. …

Tout d’abord des nouvelles de notre patient :  Il avait présenté quelques semaines avant votre consultation des crachats hemoptoiques. Qui sont encore en cours d’exploration (scan et peut être fibro bronchique). Compte tenu également d’un net amaigrissement et détérioration de l’état général et afin de ne pas « brouiller les cartes »,  j’ai préféré jusque là différer l’éventuel changement de traitement et lui ai conseillé de poursuivre le kardégic.

Je note  que dans l’étude que vous m’adressez (qui est la seule publiée ce jour sur la question), il est question d’une comparaison avec la Warfarine (ce qui n’est pas extrapolable à tous les AVK). D’autre part, si les cas d’hémorragies sont plus faibles avec le Dabigatran, en termes de mortalité globale, les écarts ne sont pas significatifs. Aucune comparaison directe avec kardegic (qui est le traitement actuel de M. D.). La question que je me (vous) pose est : selon vous, ce patient relève-t-il d’un passage à la Warfarine ?

Il ne vous aura pas échappé que la question de la tolérance n’est pas abordée dans cette étude, ni que l’AMM n’est pas encore délivrée en France (ce qui ne constituera pas pour autant une recommandation).

J’ai bien noté que des formations seront prochainement organisées par vos soins sur ce thème, en direction des médecins généralistes, je m’y rendrai avec plaisir si toutefois elles ne sont pas organisées avec l’aide des laboratoires qui commercialisent ce médicament et si les intervenants déclarent, comme c’est légalement nécessaire, leurs liens d’intérêts.

Dans l’attente, je vais donc … attendre un peu.

auteur : voir liste

8 Commentaires

  1. gayraud dit :

    Des éléments complémentaires sur le sujet du Dabigatran :
    http://grangeblanche.com/2011/11/19/lattrait-de-la-nouveaute/

    … nous sommes d’accord, il est urgent d’attendre !

  2. Nathalie Péronnet Salaün dit :

    Concernant les risques du dabigatran (Pradaxa°):
    1)Le dabigatran est donc associé à une augmentation du risque coronarien chez un grand nombre de patients dont il est impératif de tenir compte avant prescription: Médecine avril 2012, http://archinte.ama-assn.org/cgi/content/short/172/5/397
    2):Les nouveaux anticoagulants oraux, dabigatran et rivaroxaban sont une alternative aux anti-vitamine K (AVK). Les risque majeurs des nouveaux anticoagulants oraux sont similaires à ceux des AVK. Suite à des signalements hémorragiques graves, l’Afssaps souhaite rappeler les précautions d’emploi s’attachant à ces spécialités: http://www.afssaps.fr/Infos-de-securite/Points-d-information/Les-nouveaux-anticoagulants-oraux-dabigatran-et-rivaroxaban-dans-la-fibrillation-auriculaire-ce-qu-il-faut-savoir-Point-d-Information

  3. Nathalie Péronnet Salaün dit :

    « Mi-novembre 2011, 256 décès par hémorragie imputée au dabigatran, ont été enregistrés dans la base de données de pharmacovigilance européenne. En Australie, au Canada, au Japon, en Nouvelle-Zélande et aux Etats-Unis d’Amérique, près de 800 hémorragies graves ont été notifiées.
    Un essai randomisé dabigatran versus warfarine et 5 études de plusieurs centaines d’hémorragies graves ont mis en évidence certains éléments qui augmentent le risque hémorragique : une insuffisance rénale même légère, un âge supérieur à 75 ans, un poids inférieur à 60 kg, un changement d’anticoagulant, l’ouverture des gélules de dabigatran, la prise concomitante d’autres médicaments interagissant avec le dabigatran. Une posologie inférieur à 220mg de dabigatran par jour ne met pas les patients à l’abri des hémorragies »
    .
    (La Revue Prescrire Novembre 2012, Vigilance/Tome 32N°349)

  4. pelleter dit :

    Bonjour,

    Je ne suis pas médecin mais fille d’un patient décédé à cause du pradaxa et profession libérale. Mon père a été balayé en 4 h . Je souhaite que ce medicament soit retire du marché . Pouvez-vous m’aider? Son généraliste a rempli le formulaire pour signaler le cas mais à ce jour aucune réaction. Faut-il attendre qu’il y ait encore plus de victimes comme pour le mediator?Mon père est le 2ème cas dans sa commune et je suis en relation avec d’autres victimes .Un médecin en a fait part au conseil de l’ordre de ma région . Que faut il faire pour que les médecins ne prescrivent plus ce truc mortel?

    1. wasniewski dit :

      Bonjour
      Votre courageux témoignage est un des moyens de faire connaître la vérité sur ce « truc ».
      La déclaration de pharmacovigilance de son médecin traitant en est un autre.
      Le lien entre victimes est essentiel pour briser le(s) mur(s) de silences.
      Nous (Voix Médicales), comme d’autres, essayons d’apporter des informations fiables, argumentées et indépendantes.
      Et nous partageons votre indignation sur le temps qui passe sans que nombres de produits à balance bénéfice/risque négatif ne soient retirés du marché.
      Du marché, car, malheureusement il s’agit plus souvent de marché que de santé.

    2. Nathalie Péronnet Salaün dit :

      Bonjour,
      Il serait intéressant de savoir si les prescriptions de pradaxa ayant conduit aux décès ce sont faites dans le cadre ou hors cadre des recommandations de l’ansm, notamment : « Il n’y a pas d’argument pour changer le traitement d’un patient stabilisé sous AVK.
      Des accidents hémorragiques graves ayant été rapportés, il convient :
      d’évaluer le risque hémorragique avant toute décision de prescription : fonction rénale, âge, situation clinique, poids corporel, comorbidités et interactions médicamenteuses, notamment l’interaction vérapamil/ dabigatran
      d’être attentif à la survenue d’événements indésirables, particulièrement dans certaines situations : relais d’un traitement par AVK, association à un agent antiplaquettaire, comorbidités, polymédication ;
      d’évaluer la fonction rénale au moins 1 fois par an ou plus fréquemment dans certaines situations à risque (sujet âgé, interaction médicamenteuse…) »
      : http://ansm.sante.fr/S-informer/Points-d-information-Points-d-information/Les-nouveaux-anticoagulants-oraux-dabigatran-et-rivaroxaban-dans-la-fibrillation-auriculaire-ce-qu-il-faut-savoir-Point-d-Information

  5. pelleter dit :

    Merci pour vos réponse .mon papa avait comme traitement AMAREL 2mg 1cp/j; Metformine LP 1000mg 1-0-1; Lantus 8 UI/J; INEGY10/20 mg 0-0-1;Coversyl10mg 0-0-1; Cardensiel1.25 0-0-1;
    Furosemide 40mg 2-0-0; Kardegic 75mg 1-0-0; PRADAXA 110mg 1-0-1
    Mon papa était sous preciscan jusqu’en octobre 2012 et il allait bien .Son diabète était équilibré il était suivi régulièrement par son cardiologue qui d’ailleurs l’avait vu 8 jours avant son décès.1 mois avant son décès je l’ai trouvé plus fatigué et 15 jours avait il avait un teint blanc d’anémié je lui ai conseille d’aller voir son médecin mais il ne voulait pas car il avait mal nul part. Le vendredi 8 Févier 2013 je lui ai parlé le matin au tel et il se sentait fatigué et avait pris rendez vous pour le mardi car pas de place plutot. Ma maman m’a appelé à 13h00 pour me dire que mon père avait « beugger » c’est à dire que pendant un bref instant il ne lui a pas répondu. Elle a téléphoné au medecin qui les a reçus à 15h30 et là mon père a fait un malaise brutal avec perte de connaissance, en lien avec un arrêt cardiaque.. Il a été transporteé aux urgences et decedera à 19h55.
    Si cela vous intéresse je peux vous faire parvenir le compte rendu de l’hopital. Que ce soient son diabétologue son cardiologue ou son généraliste tous sont d’accord sur le fait que le pradaxa est responsable du décès de mon père. Alors vous les médecins ne prescrivez plus ce médicament et aidez nous à fair enetnedre la voix de nos proches défunts!!! Aux Etats Unis cela bouge contre le pradaxa mais en France il faut croire que l’argent passe avant la santé pour les labo.

  6. dallard dit :

    Ma mère est décédée le 13 octobre 2012 d’une hemmorragie sur hemmorroide en 2 heures, Je suis IDE aux urgences , on a rien pu faire. la pharmacovigilance a eu un signalement. l’effet du pradaxa est reconnu » malgré les facteurs de risque le dosage était adapté » et bien heureusement.!!!..Il suffit de contacter le centre de pharmacovigilence pour avoir le dossier. Nous avons eu d’autres cas d’hemmorragie aux urgences qui heureusemnt ont été stoppés. nos cardiologues continuent quand même a le prescrire..
    Arrétons avec ce médicament: pas d’antidote, aucune surveillance de surdosage, 13 fois plus cher que le préviscan. notre dossier ne demande qu’à être lu . aidez nous à mettre les victimes en contact, que fait l’ANSM????