… HelloDOC qui me conseille le vaccin anti HPV

Monsieur HelloDOC,

J’ai vu apparaitre récemment, sur les dossiers médicaux de mes jeunes patientes, une alarme m’invitant à ne pas oublier de leur proposer le vaccin anti-HPV.

Je ne vous cache pas ma double surprise :

–         la première du fait que cette vaccination doit encore faire la preuve de son efficacité comme le souligne la plupart des revues internationales indépendantes  (pour faire court, voir : ( http://www.prescrire.org/aLaUne/dossierPapillomavirusVaccVuAilleurs.php ). Cela d’autant plus que ses effets délétères potentiels (augmentation possible  des mutations, diminution de l’observance des frottis de dépistages …) sont mal évalués.

–         le seconde parce que j’attends d’un logiciel médical qu’il mette à ma disposition des outils m’aidant à exercer le plus efficacement possible la médecine que j’ai décidée de pratiquer mais en aucun cas qu’il  ne m’oriente dans mes choix. Voilà maintenant dix ans que je  ne reçois plus les laboratoires pharmaceutiques et que je m’astreins à une information indépendante. Je n’accepterai donc pas d’être la cible de sollicitations douteuses « a l’insu de mon plein gré » via mon logiciel médical.

Je suis maître de stage et chargé d’enseignement à l’université Bordeaux 2. Il se trouve que je fais régulièrement pour les étudiants de 3è cycle de médecine générale le cours sur le « dossier médical ». Tant que cette alarme apparaitra sur votre logiciel, je ne manquerai pas d’attirer leur attention sur ce que je considère être un abus de pouvoir de votre part.  Je les mettrai également en garde dans l’hypothèse ou ils envisageraient d’utiliser HelloDOC à l’aube de leur jeune carrière.

De la même manière, je ne manquerai pas de m’exprimer sur ce point aussi largement que possible dans les groupes de pairs auxquels je participe, dans les séminaires de FMC que j’expertise et sur le site que je co-anime ( http://www.voixmedicales.fr ).

Vous souhaitant bonne réception …

Un commentaire

  1. Docteur LEVY Damien dit :

    Milles fois raison