Chez une jeune femme désirant une contraception, éviter la drospirenone.

Chez une jeune femme désirant une contraception les données de la littérature sont à ce jour concordantes: Jasmine ® (ainsi que Jasminelle ®,Yaz ®, Angeliq ®, Belanette ®, Convulineb ®) contraceptifs oraux contenant de la drospirénone sont associés à un risque plus élevé de thrombose veineuse sans supériorité de leur part en terme d’acné, prise de poids, syndrome prémenstruel. La prescription d’une telle contraception n’est donc pas indiquée en première intention, un oestroprogestatif contenant du lévonorgestrel restant la référence.

1) Situation :

Melle D.M., 18 ans, vient ce jour me consulter pour renouveller sa contraception. Je lui demande depuis combien de temps elle la prend: “depuis trois mois, c’est un gynéco qui me l’a prescrit, son nom est Jasmine et je la trouve un peu chère , pourriez-vous m’en prescrire une qui soit remboursée?

2) Question :

Chez une jeune femme désirant une contraception par oestroprogestatif, y a-t-il un intérêt à choisir ceux contenant du drospirenone, de type Jasmine ® ?

3) Recherches :

♦ »En mai 2002 est mis sur le marché français un nouveau contraceptif oral associant éthinylestradiol 30 µg + drospirénone (Jasmine ®). Le drospirénone est un progestatif dérivé de la spironolactone (Aldactone ®), un diurétique antiminéralocorticoïde exposant à des hyperkaliémies. Très peu de données sont alors disponible à propos des éventuels effets indésirables ou interactions médicamenteuses en lien avec cette activité antiminéralocorticoïde et le risque thromboembolique est mal connu. » (La revue Prescrire, rayon des nouveautés, Juin 2002,/Tome 22 N°229)

♦ »Une étude de cohorte danoise portant sur un registre de 3,3 millions d’années-femmes sous contraceptif oral, dont plus de 130 000 sous drospirenone, montre une augmentation statistiquement significative du risque de survenue des thromboses veineuses chez les femmes sous drospirénone versus lévonorgestrel: risque relatif 1,64 (intervalle de confiance à 95%=1,27-2,10). » (Lidegaard O et al. Hormonal contraception and risk of venous thromboembolism: national follow-up study. BMJ. 2009;339:557–60.)

♦ »Une étude cas/témoin menée au Pays-Bas, et financée par un organisme public, chez 1524 patientes et 1760 témoins a mis en évidence un risque de thrombose veineuse avec les oestroprogestatifs contenant du drospirenone multiplié par un facteur 1,7 par rapport aux oestroprogestatifs contenant du lévonorgestrel (rapport de cotes 1,7; IC à 95%=0,7-3,9).Résultat similaire à l’étude danoise mais non statistiquement différent. » (Van Hylckama VA et al. Effects of oestrogen dose and progestogen type on venous thrombotic risk associated with oral contraceptives: results of the MEGA case-control study. BMJ. 2009:339:b2921)

(Bibliomed, Contraception:quel risque thromboembolique?, Numéro 573 du 4 février 2010), (La Revue Prescrire, Septembre 2010/Tome 30 N°323, Drospirénone: un risque élevé de thromboses veineuses. Page 673-675)

♦ »Une étude de cas témoins sur un échantillon statistique menée en Angleterre à partir de la base de  données des médecins généralistes  a inclus les femmes âgées de 15 à 44 ans, sans facteur de risque majeur de thrombose veineuse, et débutant une contraception orale contenant 30 µg d’œstrogène en association avec du drospirenone ou du lévonorgestrel entre mai 2002 et septembre 2009 ( 73 853 années-femmes avec drospirenone et 482 229 années-femmes avec  lévonorgestrel). Elle a montré que les femmes utilisatrices d’un contraceptif avec de la drospirenone avait une probabilité de développer une thrombose veineuse trois fois plus élevée que celle utilisant un contraceptif avec du lévonorgestrel : risque relatif ajusté à l’âge de 2.7 (1.5 à 4.7),intervalle de confiance de 95%=1.5-4.7. » (Lianne Parkin, Katrina Sharples, Rohini K Hernandez, Susan S Jick. Risk of venous thromboembolism in users of oral contraceptives containing drospirenone or levonorgestrel: nested case-control study based on UK General Practice Research Database. BMJ 2011; 342:d2139)

♦ »Une étude de cas témoins et de cohorte sur un échantillon statistique menée à partir des données de PharMetrics, une entreprise étasunienne collectant les informations sur les dommages payés par les organismes de gestion de soin, a inclus toutes les femmes âgées de 15 à 44 ans, prenant une contraception orale contenant de la drospirenone ou du lévonorgestrel, ayant présenté une thrombose veineuse sans facteur de risque clinique identifiable et ce à partir du premier janvier 2002. Cette étude a porté sur 186 cas de diagnostique de thrombose veineuse apparié à 681 cas contrôle et a montré que le risque relatif de présenter une thrombose veineuse pour les utilisatrices d’une contraception contenant du drospirenone par rapport à celles utilisant une contraception contenant du lévonorgestrel était multiplié par un facteur de 2,3 (IC à 95%=1,6-3,2). Les auteurs concluant à un risque doublé une fois pris en compte tous les biais potentiels. »(SusanS Jick, Rohini K Hernandez..Risk of non-fatal venous thromboembolism in women using oral contraceptives containing drospirenone compared with women using oral contraceptives containing levonorgestrel: case-control study using United States claims data. BMJ 2011; 342:d2151)

♦ »Des nouvelles études épidémiologiques ont montré que le risque de thrombose veineuse pour les contraceptifs oraux contenant du drospirenone sont plus élevés que ceux contenant du lévonorgestrel, et peut-être semblable à ceux contenant du desogestrel ou gestodène. Le Groupe de travail de Pharmacovigilance recommande que les informations des contraceptions oraux contenant de la drospirenone soient mises à jour et reflètent ces conclusions. »(Contraceptifs oraux contenant de l’ethinylestradiol+drospirenone (Yasmin,Yasminelle et autres produits). Risques de thrombose veineuse. 26 May 2011,EMA/CHMP/PhVWP/394737/2011, Patient Health Protection, Groupe de travail de Pharmacovigilance, Protection de Santé Patiente)

5) Synthèse:

Chez une jeune femme désirant une contraception les données de la littérature sont à ce jour concordantes: Jasmine ® (ainsi que Jasminelle ®,Yaz ®, Angeliq ®, Belanette ®, Convulineb ®) contraceptifs oraux contenant de la drospirénone sont associés à un risque plus élevé de thrombose veineuse sans supériorité de leur part en terme d’acné, prise de poids, syndrome prémenstruel. La prescription d’une telle contraception n’est donc pas indiquée en première intention, un oestroprogestatif contenant du lévonorgestrel restant la référence.

( auteur: Nathalie Péronnet Salaün; date:  22/06/2011)








5 Commentaires

  1. nathalie peronnet dit :

    Au cours de la rédaction de ce SCRIPT je me suis demandée pourquoi Jasmine et ses sœurs étaient si fréquemment prescrites en initialisation de contraception. J’ai donc fait quelques recherches Internet sur des sites dédiés aux professionnels. Outre les supposés mérites sur l’acné, prise de poids, syndrome prémenstruel j’ai trouvé deux phrases m’ayant particulièrement interpellée: “les adolescentes d’aujourd’hui ont besoin de s’approprier ce qu’elles consomment en y trouvant un ou plusieurs bénéfices concrets. La pilule contraceptive n’échappe pas à ce phénomène, et il importe de montrer aux jeunes femmes tout l’intérêt que peut représenter pour elles une contraception moderne”
    La contraception est-elle un bien de consommation ordinaire?
    Peut-on mettre en danger la vie de nos jeunes patientes au nom de la modernité?

  2. Tourmen Françoise dit :

    Le débat est lancé et même si l’Afssaps a publié un commentaire censé être « rassurant », la question est bien posée et il faut savoir que les usagers s’organisent et réclament l’interdiction des pilules à base de drospirénone et s’organisent ( comité de lutte contre les méfaits de Bayer :
    http://www.cbgnetwork.org/4172.html
    Les choses sont pourtant claires dans les recommandations françaises : pilules de 2ème génération en première intention ( à base de lévonorgestrel). Nous voyons trop de pilules à base de progestatifs de 3ème ou 4ème génération prescrits en première intention au motif qu’elles ne font pas grossir ou qu’elles font une belle peau.
    liste des pilules par génération à consulter sur le site de l »Afssaps

  3. Nathalie Péronnet Salaün dit :

    « Après ajustement pour la durée d’exposition, les utilisatrices de contraceptifs oraux contenant du désogestrel, du gestodène ou du drospirénone avaient au moins deux fois plus de risque de thrombo-embolie veineuse que celles utilisant une contraception contenant du lévonorgestrel » http://www.bmj.com/content/343/bmj.d6423?view=long&pmid=22027398

  4. Tourmen Françoise dit :

    L’augmentation du risque thrombo embolique des pilules de 3ème génération et de la drospirénone se confirme au fil des études. D’ailleurs le ministère vient très courageusement de décider un déremboursement des pilules de 3ème génération qui l’étaient, déremboursement qui sera effectif dans un an pour laisser aux femmes le temps de voir le prescripteur, les accidents survenant principalement lors des 1ers mois d’utilisation en première prescription ou après un changement. L’agence du médicament publie hier une mise à jour des la liste des pilules suivant la génération du progestatif et une nouvelle recommandation ( déjà existante en 2007) de prescrire en 1ère intention les progestatifs de 2ème génération(lévonorgestrel) / http://ansm.sante.fr/S-informer/Actualite/Contraceptifs-oraux-combines-et-risque-de-thrombose-veineuse-prescription-des-pilules-de-2e-generation-contenant-du-levonorgestrel-en-premiere-intention-Point-d-information
    Pour les adeptes d’une prise de pilule en continu ( 3ème gé avec 7 placébos), varnoline va être déremboursée mais sa remplaçante avec du lévonorgestrel est commercialisée et remboursable sous le nom de OPTILOVA (Ethinyl estradiol 20μg-lévonorgestrel 100μg)

  5. Nathalie Péronnet Salaün dit :

    Contraceptif oraux combinés? Quelle progesterone? Dispositif intra-utérin (alias stérilet)? Que faire en cas d’hypertension artérielle? De migraine? De tabac? Jusqu’à quel âge? Des réponses à toutes ces questions avec l’arbre décisionnel « Choix d’une contraception » : http://www.voixmedicales.fr/choix-dune-contraception/