Gilles, reviens, Prescrire© est devenu fou

Après avoir créé Voix Médicales, il nous a semblé judicieux d’inviter à nous rejoindre toutes celles et tous ceux se sentant concernés par cette démarche.
A notre connaissance, le projet de  développer une expertise collective et indépendante en médecine générale n’est pas d’une totale banalité, en particulier sur l’Internet.

Pensant que cette démarche était complémentaire de celles existant déjà, nous avons donc « naturellement » proposé une courte présentation au forum/courrier des lecteurs de Prescrire.

Ne voyant ni publication, ni réponse à notre demande, nous avons renouvelé notre demande quelques mois plus tard.
Il nous a été confirmé que notre premier message s’était perdu, et que la personne chargée de cette rubrique  » prendra le temps d’examiner votre demande et reviendra vers vous d’ici quelques semaines. »

Après « examen » (probablement synthèse de l’évaluation disponible selon la méthode habituelle de la revue Prescrire ), voilà donc la réponse finalement reçue :

« Prescrire partage certes votre constat, y compris sur la nécessité d’agir. Comme vous pouvez le constater Prescrire régulièrement  propose des articles,  recommandations, suggestions et particulièrement ces derniers mois, en raison de l’actualité, sur la nécessité d’une expertise médicale indépendante. Votre prise de position ne fait donc que renforcer celle qu’adopte Prescrire.

C’est pourquoi votre texte ayant circulé, selon la procédure habituelle, parmi les membres de la Rédaction, ils ont estimé, après concertation, qu’il n’y avait pas lieu d’en faire état dans la revue Prescrire.

Bien cordialement et avec nos regrets de ne pouvoir vous satisfaire.

Le responsable de la rubrique Forum »

A l’occasion, nous ne manquerons pas d’interroger la rédaction de la revue afin de savoir si, dans son courrier laconique, l’expression « votre prise de position ne fait donc que renforcer celle qu’adopte Prescrire » doit être interprétée comme « n’apporte rien de nouveau » ou, ce qui serait plus encourageant pour nous, comme  « éventuellement utile ».

En attendant nous prenons bonne note que la revue se suffit à elle-même et que sa position n’ a pas besoin de soutien.


6 Commentaires

  1. Bonjour,
    Prescrire a toujours été très « autocentré », et Gilles Bardelay n’y était pas pour rien. C’est un défaut fréquent chez les rebelles 😉 : hors de ma révolution, point de salut. Moi aussi, pendant 10 ans, je me suis demandé si LRP allait parler un jour d’Atoute. Ca a finit par arriver http://www.prescrire.org/fr/12/38/0/529/About.aspx . Il suffit d’attendre 😉

    Pourtant, afficher le flux RSS des sites amis ne coûte pas bien cher.

  2. Tourmen Françoise dit :

    Je suis stupéfaite te par cette réponse, il me semble que prescrire est la référence principale des articles de Voix médicales… L’idée est de mutualiser et pas d’entrer en compétition… ce qui n’a pas l’air d’être compris de tous…
    Je souhaite bon courage aux administrateurs de Voix médicales pour continuer dans la voie qu’ils ont choisie et je participerai autant que possible à la construction du blog…

  3. Luc Dussart dit :

    Comme le Canard Enchainé, référence magistrale de négligence d’internet, Prescrire snobe les communications électroniques. Alors publier des liens pour des sites internet, il n’est pas étonnant que cela n’ait pas d’intérêt pour eux. Comme si le web était un autre univers…

    Ceci dit, compte tenu des algorithmes de Google, il peut être profitable de continuer à citer le site institutionnel (la page d’accueil) de la revue Prescrire avec des liens en dur. Et il sera payant d’animer une communauté sur les réseaux sociaux genre Google Plus, Twitter etc. pour se faire connaître. Il faut être patient comme le rappelle DD.

    Luc Dussart (dpi)

  4. docteurdu16 dit :

    Querelles d’ego.
    Marc Girard est d’interdit d’antenne sur Prescrire pour cause d’articles incendiaires.
    Voix médicales est interdit d’antenne sur prescrire pour cause de je ne sais quoi.
    c’est tristounet.

  5. La Revue Prescrire est une bonne publication, mais ne peut prétendre faire partie d’une presse ouverte. Il s’agit d’un bulletin paroissial. La plupart des journaux et revues ont une rubrique active « Courrier des lecteurs » dans laquelle des opinions diverses sont publiées… Lisez les journaux grands publics, lisez les bons journaux biomédicaux, nous avons besoin des avis critiques des lecteurs…. C’est utile pour le débat….
    Les publications ne laissant pas de place aux critiques peuvent avoir des dérives sectaires. Je croise régulièrement des experts qui ont des critiques fondées sur des articles de Prescrire : ils n’écrivent pas à Prescrire pour faire part de leur avis qui serait utile pour les lecteurs.

  6. Je n’arrive pas à trouver comment publier ma déclaration de lien d’intérêt HELP !

    Employé de Pfizer France d’octobre 2005 à octobre 2009 ; membre depuis 2002 du « Rome CME/CPD group » supporté par The World Society for Medical Exchange ; droits d’auteurs du Guide pratique du Thésard (société L&C) qui est distribué par Sanofi. Les droits d’auteur de son ouvrage ‘La Rédaction Médicale’ sont versés à une association pour la recherche en rédaction médicale. Avantages de La Revue Prescrire pour son activité de reviewer, et de la revue La Presse Médicale pour son activité de rédacteur adjoint. Gérant non salarié de EURL, « Hervé Maisonneuve Medical Writing », société de formation et de conseil (rédaction médicale, FMC, pharmaco-économie). Consultant pour WentzMiller Associates (USA). Membre d’un groupe de travail de la Haute Autorité de Santé depuis fin 2010 (critères de qualité des journaux et revues).
    Supporte Handicap International et Médecins sans Frontières