Risques musculaires des statines. A propos de fortes doses de simvastatine et d’interactions médicamenteuses.

La FDA (administration étatsunienne des aliments et des drogues), a publié le 19.03.2010 une mise en garde sur les effets indésirables musculaires de la simvastatine à forte dose.

En voici les points clés :

L’atteinte musculaire, appelée aussi myopathie, est un effet indésirable potentiel connu de toutes les statines. Les patients ayant une myopathie ont généralement des douleurs musculaires et/ou une diminution de leur force musculaire, une élévation des enzymes musculaires sanguines (CPK). Plus la dose de statine est élevée plus le risque de développer une myopathie est important. Le risque de myopathie est aussi élevé quand la simvastatine, spécialement à forte dose, est utilisée avec certains autres traitements.
La forme la plus sérieuse de myopathie est la rhabdomyolyse qui se produit quand la protéine (myoglobine) des fibres musculaires se décompose. La myoglobine peut léser les reins. En plus des symptômes musculaires, les patients atteints de rhabdomyolyse peuvent présenter des urines de coloration rouge ou noire et une asthénie.
Les conséquences sont une insuffisance rénale potentiellement fatale.
Les facteurs de risque connus de développer une rhabdomyolyse sont l’âge (supérieure à 65 ans), une hypothyroïdie et une insuffisance rénale. Myopathie et rhabdomyolyse sont répertoriés comme des effets indésirables possibles de la simvastatine et des autres statines.

En se basant principalement sur les données de l’ essai clinique SEARCH, mais aussi sur les données issues d’autres études cliniques, d’études observationnelles, de rapports d’événements indésirables, et en tenant compte des données sur les prescriptions de simvastatine, la FDA a constaté :

  • que des doses de 80 mg de l’hypo-lipémiant simvastatine (Zocor°) 80 mg augmentent les risques musculaires comparativement à de plus faibles dose de simvastatine ou à un autre traitement de la classe des statines.
  • que ces risques musculaires sont accrus en cas de certaines co-prescriptions.

Aussi est-il important de :

  • comprendre que la rhabdomyolyse est un effet indésirable rare rapporté avec toutes les statines.
  • savoir que le risque d’effets indésirables musculaires avec une dose de 80 mg de simvastatine est majoré comparativement aux dose plus faibles de simvastatine et éventuellement aux autres statines.
  • suivre les recommandations concernant les interactions médicamenteuses pouvant augmenter les risques musculaires.
  • discuter avec les patients des bénéfices et risques d’un traitement par statine, notamment des risques musculaires et de rhabdomyolyse.
  • connaître les interactions médicamenteuses avec la simvastatine.
  • notifier tout événement indésirable avec la simvastatine.

La limitation des doses de simvastatine est nécessaire dans le cadre de certaines associations médicamenteuses :
•Il ne faut pas co-prescrire de la simvastatine avec:

  • itraconazole (Sporanex°)
  • ketoconazole (Ketoderm°)
  • erythromycine (Abboticine°, Egery°, EryGé, Erythrocine°)
  • clarithromycine (Naxy°, Zeclar°)
  • telithromycine (Ketek°)
  • inihibiteurs de la protéase du VIH
  • nefazodone

•Ne pas utiliser une dose plus élevée de simvastatine:
-10mg avec:

  • gemfibrozil (Lipur°)
  • cyclosporine (Néoral°, Sandimmum°)
  • danazol (Danatrol°)

-20 mg avec:

  • amiodarone (Cordarone°)
  • verapamil (Isoptine°, Takka°)

 –40 mg avec:

  • diltiazem (Biltidiem, Dilren°, Tildiem°, Mono Tildiem°) 

(FDA Drug Safety Communication: Ongoing safety review of high-dose Zocor (simvastatin) and increased risk of muscle injury).

 

 

 

«L’atorvastatine et la simvastatine sont métabolisées par l’isoenzyme CYP3A4 du cytochrome P 450.
La fluvastatine est principalement métabolisée par l’isoenzyme CYP 2C9.
La pravastatine et la rosuvastatine ne sont que peu ou pas métabolisées par le système du cytochrome P450. La rosuvastatine est partiellement métabolisée par l’isoenzyme 2C9 du cytochrome P450.
L’atorvastatine est un inhibiteur de la glycoproteine P.»
«Les statines n’empruntent pas toutes les mêmes voies métaboliques. Leurs interactions d’ordre pharmacocinétique sont donc différentes.
La pravastatine est une statine évaluée en termes de morbimortalité, et qui est peu ou pas métabolisée par le cytochrome P450, ce qui fait prévoir peu d’interactions pharmacocinétique.»
(La Revue Prescrire Décembre 2010/Tome 30 N°326(suppl.intéractions médicamenteuses).

Question: si la décision de prescrire une statine est prise, étant donné les risques, notamment musculaires potentiellement sévères, d’interactions médicamenteuses, ces risques étant moindre avec la pravastatine, n’est-il pas envisageable de prendre la décision de ne prescrire que de la pravastatine

Le débat est ouvert ici.

Commentaires fermés.