Que faire en cas d’oubli de pilule contraceptive?

L’oubli d’un comprimé dans le cadre d’une contraception hormonale n’est pas rare et peut aboutir à une grossesse non désirée. Il est nécessaire de proposer aux femmes des outils simples et clairs leur permettant de savoir que faire en de telles circonstances, et d’en discuter à chaque renouvellement de contraception.

Les recommandations françaises, sur lesquels s’appuient les RCP et les notices d’utilisation des contraceptifs, sont anciennes et ne sont basées que sur un accord professionnel. La lecture des travaux publiés par l’OMS, le Canada et l’Angleterre nous a incité à proposer les tableaux téléchargeables en fin d’article. 

Mise à jour le 23/05/2014

 

 

1) Situation clinique :

Mlle S , 19 ans, vient me voir pour renouvellement de sa contraception orale. Elle me dit l’oublier de temps en temps et ne sait pas comment faire dans ces cas là.  

2) Question :

En cas d’oubli d’une contraception orale oestro-progestative chez une jeune femme quelle est la conduite à tenir ?

3) Recherches :  

«L’efficacité de la contraception repose sur l’information et la formation des patientes sur la conduite à tenir en cas d’oubli. Cette formation de la patiente passe inévitablement par le ou les prescripteurs : médecin généraliste, gynécologue, centre de planning familial, etc. Le pharmacien joue également un rôle essentiel lors de la délivrance du contraceptif oral et est souvent le premier recours en cas d’oubli (contraception d’urgence, préservatifs).

Capture d’écran 2014-05-16 à 09.45.46 Enfin à l’heure du multimédia où l’information médicale n’est plus l’exclusivité des professionnels de santé, le rôle du prescripteur est encore accentué pour rectifier des informations incomplètes, erronées ou mal comprises. Une information claire devrait être donnée, non seulement à chaque première prescription de contraceptif hormonal, mais à chaque renouvellement de prescription car, au fil du temps, les recommandations évoluent.» (Que font les patientes lorsqu’elle oublient leur pilule? EXERCER volume 19 N°80)  

«Si la pilule combinée a été oubliée 12 h ou moins il est nécessaire de prendre immédiatement le comprimé oublié et de poursuivre le traitement habituel (même si deux comprimés doivent être pris le même jour). Si la pilule combinée est oubliée plus de 12 h il est nécessaire de prendre le comprimé oublié, poursuivre le traitement à l’heure habituelle (même si deux comprimés doivent être pris le même jour). Par précaution si un rapport sexuel a eu lieu dans les cinq jours jours précédant l’oubli ou si l’oubli concerne au moins deux comprimés, utiliser une méthode de rattrapage (si le délai d’efficacité de cette méthode n’est pas dépassé (accord professionnel)» (Anaes-Afssaps-Inpes/ Service des recommandations professionnelles de l’Anaes/ Décembre 2004. Stratégies de choix des méthodes contraceptives chez la femme.)  

«D’après les données relatives à l’ovulation, le Groupe de travail de l’OMS a déterminé qu’en cas d’oubli d’une seule pilule contraceptive, la pilule oubliée doit-être prise mais qu’aucune mesure supplémentaire n’est nécessaire. A partir de 2 pilules oubliées (pour les pilules contenant 20 μg ou moins d’éthinylestradiol), ou 3 pilules oubliées (pour celles contenant de 30 à 35 μg d’éthinylestradiol), des précautions supplémentaires sont justifiées. Le risque reste majoré lorsqu’on oublie des pilule au début ou à la fin de la période où on doit normalement les prendre, c’est-à-dire lorsque l’intervalle sans hormone est prolongé. Si un rapport a eu lieu dans les 2 J avant ou dans les 7 J après l’oubli de la contraception, une contraception d’urgence est indiquée dans le semaine 1 si oubli de deux pilules ou plus, et dans la semaine 2 et 3 si 4 cpés ou plus sont oubliés» (Société Scientifique des Pharmaciens Francophones) (OMS. 2005. Une sélection de recommandations pratiques relatives à l’utilisationde méthodes contraceptives) (Mise à jour en 2008).  

«Compte tenu de la nature contradictoire des recommandations disponibles, l’offre aux femmes de consignes simples et claires quant aux mesures à prendre à la suite de l’oubli de doses de contraceptif hormonal peut intimider plus d’un fournisseur de soins de santé. Le groupe de travail de la SOGC a procédé à l’analyse des résultats disponibles dans le but d’élaborer une approche simple, face à l’oubli de doses de contraceptif hormonal, permettant d’abaisser le plus possible le nombre de grossesses qui auraient pu être prévenues si les femmes avaient bénéficié d’une contraception et de consignes claires quant à son utilisation, et ce, sans intervention inutile au moyen d’une contraception d’urgence. Tandis que d’autres lignes directrices se sont exclusivement centrées sur les contraceptifs oraux, le présent document englobe tous les modes de contraception hormonale. Les recommandations sont fondées sur les présomptions suivantes:

  • l’oubli d’une dose de contraceptif hormonal combiné (CHC) est défini comme la prise de la CHC 24 heures ou plus après le moment prévu.Capture d’écran 2014-05-16 à 09.43.55
  • l’ISH (intervalle sans hormone) ne devrait pas dépasser sept jours
  • le fait de reporter le début d’un cycle de CHC de 24 heures ou plus, ou l’oubli d’une ou plusieurs doses de CHC au cours de la première semaine du cycle, peut accroitre le risque de grossesse non souhaitée.
  • l’ovulation est efficacement inhibée après sept jours d’utilisation consécutives d’un CHC.» (Oubli de doses de contraceptif hormonal : Nouvelles recommandations. Opinion de comité de la SOGC. Novembre 2008). 

 «Une contraception d’urgence est indiquée si deux pilules ou plus sont oubliées pendant la première semaine ou à la suite de la semaine d’intervalle». (FSRH Guidance (August 2011) Emergency Contraception).

«Pour les femmes qui oublient un contraceptif oestroprogestatif (CO), le risque de survenue d’une grossesse existe en cas d’oubli ou de non-absorption de n’importe quel comprimé de la plaquette, sauf pour les comprimés placebo quand la plaquette en comporte. Ce risque est maximal en début et en fin de plaquette. Une contraception postcoïtale est à conseiller en cas de rapport sexuel après un oubli de CO au-delà du délai admis de 12 heures et quand aucun autre moyen de contraception n’a été utilisé. Pour les CO dosés à 15 μg d’éthinylestradiol, le risque de grossesse existe jusqu’à la fin de la plaquette. Pour les autres CO, la période concernée correspond aux 7 jours qui suivent l’oubli de pilule.» (La Revue Prescrire Idées Force. Contraception poscoïtale (octobre 2011) ).

«La fourniture d’avance d’une contraception d’urgence peut-être envisagée mais ne réduit pas les risques de grossesse par rapport à un accès libre à celle-ci.» (Minerva décembre 2007  volume 6 numéro 10). (FSRH Guidance (August 2011) Emergency Contraception).

Capture d’écran 2014-05-16 à 10.01.47 « La HAS rappelle que la contraception d’urgence n’est pas un dispositif isolé mais une méthode de contraception de « rattrapage » qui s’inscrit dans le cadre général de la santé sexuelle et reproductive :

  1. La HAS recommande d’informer les femmes et les hommes sur la contraception d’urgence, les délais d’utilisation et les possibilités d’accès, à l’occasion tout contact relatif à la contraception, la sexualité ou la délivrance de préservatifs avec des professionnels de santé, des relais associatifs, des dispositifs d’éducation à la santé ou les programmes d’éducation à la sexualité en milieu scolaire ;
  2. La HAS recommande d’envisager une prescription à l’avance de la pilule de contraception d’urgence au cas par cas dans certaines situations qui peuvent être : les femmes ayant des difficultés d’accès à la contraception d’urgence (par ex difficultés d’accès à une pharmacien difficultés financières); les femmes voyageant à l’étranger ;
  3. Une prescription à l’avance de la contraception d’urgence devrait s’accompagner systématiquement d’une information personnalisée sur l’utilisation de la contraception d’urgence ainsi que sur la contraception régulière et sur la prévention du VIH et des infections sexuellement transmissibles ;
  4. La HAS ne recommande cependant pas la prescription et la délivrance à l’avance de la pilule de contraception d’urgence en routine à titre systématique. En effet les études disponibles n’ont pas démontré l’efficacité d’une telle stratégie pour diminuer l’incidence des grossesses non prévues à l’échelle populationnelle. » HAS. Améliorer l’information sur la contraception d’urgence. Avril 2013.

« ULIPRISTAL (Ellaone°)+ PROGESTATIFS, CONTRACEPTIFS OU NON. Risque d’antagonisme des effets du progestatif. Association DECONSEILLEE. Ne pas reprendre un traitement progestatif moins de 12 jours après l’arrêt de l’ulipristal. » Thesaurus différentiel – Mise à jour Janvier 2014 (10/01/2014).

« La recommandation en santé publique de la HAS sur la prescription et la délivrance à l’avance de la contraception d’urgence répond à des questions pertinentes et apporte des éléments permettant d’aider certaines femmes dans leur prise en charge de leur contraception. Ces recommandations sont toutefois à lire avec un esprit critique car elles sont établies sur des arguments de faible niveau de preuve. »La Revue Prescrire Mars 2014/Tome 34 N° 365.

Capture d’écran 2014-05-16 à 10.02.52

4) Synthèse :

L’oubli d’un comprimé dans le cadre d’une contraception hormonale n’est pas rare et peut aboutir à une grossesse non désirée. Il est nécessaire de proposer aux femmes des outils simples et clairs leur permettant de savoir que faire en de telles circonstances, et d’en discuter à chaque renouvellement de contraception.

Les recommandations françaises, sur lesquels s’appuient les RCP et les notices d’utilisation des contraceptifs, sont anciennes et ne sont basées que sur un accord professionnel. La lecture des travaux publiés par l’OMS, le Canada et l’Angleterre nous a incité à proposer les tableaux suivants: 

Conduite à tenir en cas d’oubli ou de décollement d’un timbre contraceptif
Conduite à tenir en cas d’oubli d’une pilule microprogestative
Conduite à tenir en cas d’oubli d’un comprimé de contraception oestro-progestative
Conduite à tenir en cas d’oubli d’un anneau contraceptif

Les professionnels de santé doivent informer les femmes sur la disponibilité de la contraception d’urgence et comment elle peut être utilisée. La prescription d’avance peut être envisagée mais il n’y a aucune évidence pour défendre un approvisionnement systématique car celui-ci ne réduit pas le risque de grossesse.  Il est important de rappeler :

  • que tout arrêt de pilule pour cause d’effets indésirables, rupture de stock ou rupture amoureuse transitoire correspond à un oubli prolongé de contraceptif.
  • que la contraception ne protège en rien des infections sexuellement transmissibles et que toute relation «de rencontre» nécessite de se protéger en utilisant un préservatif même sous pilule.
                       (Auteure : Nathalie Péronnet Salaün, Relectrice : Françoise Tourmen le 29.09.2012, mise à jour le 23/05/2014)
Arbre décisionnel :  Conduite à tenir en cas d’oubli de pilule . 30.11.2012, mise à jour le 23.05.2014.
« Subleam » carte à imprimer : Que faire en cas d’oubli de contraception.

 

6 Commentaires

  1. dalidaleau dit :

    Merci pour ces tableaux bien pratiques!
    Notamment les précisions essentielles sur les comprimés placebo.
    La notion des 23 premières heures sans danger pour la COP est un vrai changement.
    A utiliser sans modération

  2. Manon dit :

    J’ai une question urgente,
    Cela signifie-t-il que la periode d’oubli sans risque de grossesse n’est pas de 12h mais de 24h ?
    Merci d’avance

    1. Nathalie Péronnet Salaün dit :

      Bonjour,
      D’abord tout dépend de votre type de contraception et de la date de votre dernier rapport sexuel. Nous avons conçu un arbre décisionnel interactif pour vous permettre de décider, il est accessible ici : http://www.voixmedicales.fr/conduite-a-tenir-en-cas-doubli-de-contraception/
      Concernant le délais d’oubli de la contraception, comme nous le précisons en début d’article, les recommandations françaises sont anciennes et ne sont basées que sur un accord professionnel. L’OMS, le Canada et l’Angleterre préconisent des délais d’oubli plus longs et ce sont ces recommandations que nous avons utilisées pour concevoir les tableaux disponibles dans l’article ainsi que l’arbre décisionnel interactif.
      En espérant avoir répondu à votre question.
      Cordialement.

  3. Manon dit :

    Merci beaucoup pour votre aide

  4. Maya atallag dit :

    Bonsoir,
    J’aurai juste une question. Pour les pilules combinées, on parle d’un retard quand l’heure de la prise de pilule depasse 24 h et plus, l’heure habituelle a laquelle on a pris celle de la veille?!