Prescription par les médecins généralistes de Haute-Vienne de corticoïdes par voie orale dans les pathologies ORL à partir de données de l’assurance maladie de novembre 2010 à février 2011

                                                                                                                                                                                                Accéder au texte intégral de la thèse

Au cours de son apprentissage de médecin généraliste Audrey Jaouen ayant été confrontée à la prescription de corticoïde dans les pathologies de la sphère ORL, motifs courants de consultation, s’est posée la question de leur justification. Elle en a fait le sujet de sa thèse de doctorat.

Elle débute par un rappel historique, pharmacologique et des effets indésirables des corticoïdes, ainsi que de leurs interactions médicamenteuses et de leurs contre-indications.

Ensuite elle effectue une recherche sur les données factuelles concernant la prescription de corticoïdes dans le cadre des infections ORL :

  • AMM : « prednisolone, prednisone, bétaméthasone, dexaméthasone : certaines otites séreuses, polypose nasosinusienne, certaines sinusites aiguës ou chroniques, rhinites allergiques saisonnières, laryngite aiguë striduleuse »
  • Revues de la littérature (Cochrane, Le Revue Prescrire) et des recommandations Françaises, Européennes et Etasuniennes : « Les corticoïdes per os ne sont pas recommandés dans les pathologies infectieuses ORL à l’exception de la sinusite maxillaire aiguë de l’adulte mais si, et seulement si, elle est hyperalgique » 
  • Effets indésirables des cures courtes : « risques d’allergie, myopathies transitoires, troubles de l’humeur qui peuvent aller de l’agitation, l’insomnie, l’anxiété, la distractibilité, l’hypomanie, l’irritabilité à des états maniaques, des états dépressifs ou mixtes ou des états délirants »… »déséquilibre de maladies chroniques(HTA, diabète) »… »Il existe également un risque infectieux lors de la prise de glucocorticoïdes dans un contexte d’infection bactérienne sans la couverture antibiotique nécessaire avec notamment le risque de développer une cellulite ».

Puis elle analyse la prescription des médicaments corticoïdes par voie orale dans les pathologies ORL par les médecins généralistes de Haute Vienne durant la période du 01 novembre 2010 au 01 mars 2011 : « Notre étude, malgré ses limites, montre une prescription par les médecins généralistes de Haute-Vienne d’environ 20 % de corticoïdes per os dans des pathologies ORL avec une antibiothérapie associée dans la moitié des cas. Il existe donc une différence entre les recommandations et les prescriptions par les médecins » .

Cette thèse est une juste interrogation sur nos pratiques et mérite amplement de prendre le temps de la lire.

Commentaires fermés.