Utilisation du test de diagnostic rapide des angines en médecine générale : analyse des pratiques des médecins généralistes installés en Haute Vienne

                                                                 Accèder au texte intégral de la thèse

« Les antibiotiques ont été une avancée majeure dans la thérapeutique, au point d’être devenus, dans l’imaginaire collectif, capables de soigner toutes les pathologies infectieuses qu’elles soient bactériennes ou virales, ou qu’elles nécessitent un traitement ou pas. Les prescriptions ne sont pas uniquement fondées sur les données cliniques et scientifiques. L’anxiété du prescripteur, son expérience, ses habitudes et celles du lieu où il exerce, la possibilité de suivre le patient ou non, le moment de la semaine (veille de week-end). La perception que le médecin a des attentes du patient joue également un rôle ».

images

Alors pour apprendre ou ré-apprendre :

  • Que le rhumatisme articulaire aiguë (RAA) est devenu une pathologie rare, que son incidence a commencé à diminuer dans les pays développés avant l’introduction des antibiotiques et que la présence d’une angine initiale est inconstante.
  • Que la glomérulonéphrite aiguë (GNA) est une pathologie rare, que son point de départ est plus fréquemment cutané que pharyngé et que l’antibiothérapie de l’angine ne semble pas avoir d’influence sur sa survenue en ce qui concerne les pays industrialisés.
  • Que les complications locorégionales sont le plus souvent d’origine pluri microbienne.
  • Que le traitement par antibiotique n’a que des effets modestes sur le soulagement des symptômes.
  • Que plus on utilise d’antibiotiques et moins ils sont efficaces, la corrélation entre quantités d’antibiotiques prescrites dans un pays et l’essor de résistances bactériennes est bien établie, notamment en ce qui concerne le pneumocoque.
  • Que le test de diagnostique rapide est un moyen de limiter la consommation d’antibiotiques.images (1)

                                                    Lisons cette thèse.

Et avec Alexandre Saunier, son auteur, constatons que « les recommandations institutionnelles de prise en charge des angines posent actuellement un problème éthique et pourrait remettre en cause leur application » et posons-nous ces questions :

  • Pourquoi aussi peu de médecins commandent et utilisent le TDR :
    • temps demandé pour son utilisation ?
    • inutilité du test face à la clinique ?
    • absence de fiabilité ?
    • difficultés technique ?
  • Le TDR serait peut-être inutile ? « Le traitement antibiotique systématique des angines à streptocoque du groupe A (SGA) en première intention, en dehors des patients à risque de RAA ou ayant des facteurs de risque de complications graves, pour lesquels une culture est indiquée, n’a peut-être pas vraiment d’intérêt »… »Hypothèse appliquée en Hollande, en Ecosse et en Belgique ». Si cette attitude était adoptée en France l’auteur souligne bien la nécessité de la « surveillance de l’évolution de l’incidence du RAA afin de réagir rapidement en cas d’augmentation de cette dernière, bien qu’elle nous semble peu probable ».

téléchargement

                 Les commentaires sont ouverts pour exposer et débattre de nos pratiques.

Commentaires fermés.