LECTURES

Announcement: Les étudiants publient aussi

Dans le cadre de leurs études, les internes sont amenés à réfléchir sur des cas cliniques qu’ils rencontrent dans leur pratique quotidienne.
Cela implique une recherche personnelle et une confrontation de celle-ci avec leur maître de stage (MDS).
La démarche est formatrice, tant pour l’interne que pour le MDS.
Il serait dommage que cela reste confidentiel, car cela conduit à un texte de synthèse (une mini thèse en quelques sorte) pouvant être utile à chaque médecin.
C’est pourquoi nous avons décidé d’offrir cet espace de publication aux internes.

Announcement: Une rubrique « thèse », pour quoi faire ?

Les thèses sont parfois une manière d’approcher de nouvelles techniques, de nouveaux concepts.
Notre choix, totalement subjectif, se porte sur des travaux qui nous semblent apporter un éclairage pertinent sur un sujet concret de pratique de la médecine générale.

Pour accéder à la présentation complète d’une thèse, cliquer sur son titre ci-dessous.

Announcement: revue de presse

Parce que nous n’avons pas le temps de tout lire, parce que nous ne sommes pas interpellés par les mêmes faits, cette rubrique nous permet de partager les éléments de la presse qui nous semblent importants, soit sous forme d’un bref résumé fait sous la responsabilité de l’auteur(e), soit l’article en son intégralité.

Nous y retrouverons également des analyses critiques d’études.

Pour participer à cette rubrique faites un commentaire ou envoyez votre texte ici: publication@voixmedicales.fr.

Influence de la presse médicale sur les prescriptions des médecins généralistes libéraux. Etude quantitative en Haute-Vienne (Thèse de Étienne Lasalle le 12 mai 2015)

Accéder au texte intégral de la thèse

L’influence des firmes pharmaceutiques sur les prescriptions médicales est de mieux en mieux connue d’un point de vue scientifique à défaut de l’être de la part des prescripteurs. En 2013, un manuel de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a été traduit en français par la Haute Autorité de Santé (HAS). Enfin ! Car depuis 2010, en France, le scandale du Médiator® a mis en lumière pour le grand public les conséquences que cette influence avait sur la santé des citoyens. Lors des auditions au sénat, des éditeurs de la presse professionnelle financée pour partie par la publicité s’étaient expliqué sur des scotomes de l’information des effets secondaires des médicaments.

A la suite en 2012, la HAS a même formulé des recommandations pour améliorer la qualité de l’information de la presse médicale.

Mais jusqu’à présent aucune étude n’avait mesuré en quoi la lecture d’une presse financée par l’industrie ou indépendante de celle-ci influençait les prescriptions des médecins. Etienne LASSALLE vient de relever ce défi. Dans une étude menée auprès de la moitié des médecins généralistes de la Haute-Vienne, s’appuyant certes sur la déclaration des médecins, il montre que dans diverses situations de pratique quotidienne « les prescriptions des médecins sont significativement majoritairement orientées dans la même direction que la « ligne éditoriale » des revues médicales que les médecins lisent. » Les situations analysées ont été la prescription de Médiator®, le dosage du PSA dans le dépistage du cancer de la prostate, la prescription de glitazones, d’inhibiteurs de la DPP4, des contraceptifs oraux de 3ème et 4ème génération et des inhibiteurs COX-2 sélectifs. »

Pour étudier la ligne éditoriale, Etienne LASSALLE a analysé le contenu de deux revues totalement différentes, la revue Prescrire ®, indépendante de l’industrie pharmaceutique et le Quotidien du Médecin financé en partie par la publicité des médicaments. La différence flagrante et importante entre les prescriptions des médecins lecteurs de ces 2 revues montre qu’alors que nous sommes au lendemain de scandales sanitaires sans précédent, ce sont bien les patients de ces lecteurs de revues qui bénéficieront ou non de prescriptions de qualité. Il est donc urgent qu’une très importante prise de conscience ait lieu en France sur ce facteur de risque sanitaire majeur (pour reprendre l’expression du Docteur Philippe Foucras, président fondateur du Formindep). Lire une revue indépendante est une mesure de santé publique… Et lire la thèse d’Etienne LASSALLE.

L’altérité de l’assistante maternelle d’origine maghrébine : de la transmission des traditions culturelles à l’initiation par la formation professionnelle(Diplôme Inter Universitaire de psychiatrie et compétences transculturelles de Sabine CASCARRE septembre 2014)

Accéder au texte intégral de la thèse

Dans le cadre de la Protection Maternelle et Infantile, un des rôles des infirmières puéricultrices consiste à délivrer un agrément aux assistantes maternelles.
Certaines d’entre elles sont nées en France de parents migrants, d’autres sont nées à l’étranger et ont rejoint la France.
Comment prendre en compte leur vécu, leurs connaissances particulières ?
Pour la femme d’origine étrangère, être mère et avoir acquis par une formation des connaissances en puériculture suffit-il à répondre à la prise en charge et à l’épanouissement de l’enfant confié dans le cadre de l’agrément ?”
C’est à cette question que Sabine Cascarre nous invite à réfléchir.

(suite…)

Déterminants sociaux de la santé. Comprendre pour mieux soigner.

Mr R. 39 ans, est marié et père de deux enfants. Quand j’ai commencé à le soigner il était cadre commercial. Il effectuait beaucoup de déplacements, avec une grosse charge de travail et d’investissement personnel, une voiture et un téléphone de fonction ainsi qu’un bon salaire.
Son père était boucher et peu de temps libre.
Quand il était petit sa mère ne travaillait pas mais s’occupait beaucoup de sa mère dépressive et de sa soeur handicapée mentale.
Il se souvient de n’être parti en vacances en famille qu’une seule fois au cours de sa vie d’enfant.
À l’âge de 8 ans, son grand-père, qui travaillait avec son père, est renversé sous ses yeux par une voiture. Il restera des mois sur un lit d’hôpital en compagnie de machines et de tuyaux. Ses parents l’emmènent le dimanche lui rendre visite.
Comme le grand-père ne peut plus travailler à la boucherie c’est sa mère qui va aider son père.
À 20 ans, après le bac, il veut réaliser son rêve de toujours : être pilote d’avion de chasse. Il passe toutes les étapes et à la dernière il est recalé… L’armée ne lui fournira jamais d’explication à cet échec.
Il se marie et après un travail dans une banque, se retrouve à grimper les échelons pour arriver là où il est et là où, suite à un changement hiérarchique avec détérioration du climat social et surcharge de travail, le stress psychologique étant trop fort, il craque.
Quand je le vois en consultation il pleure, il a des idées noires, très noires.
Il faudra du temps d’écoute, de travail d’équipe et deux ans d’arrêt de travail pour qu’il se dé-construise pour se reconstruire. Cela aurait pu prendre moins de temps s’il n’avait pas croisé la route d’un médecin expert d’assurance ayant décrété qu’il n’avait rien et qu’il devait retravailler. Une contre-expertise psychiatrique démontrera tout le contraire : psychasthénie, troubles obsessionnels compulsifs, angoisse névrotique pathologique associée à la décompensation du trouble obsessionnel, sont les termes employés par le psychiatre dans son rapport.

Sans cette prise en charge que lui serait-il arrivé ? Suicide ? Infarctus ? Cancer ?  (suite…)

Comparaison de l’état de santé d’un groupe de demandeurs d’asile avant et après l’obtention du statut de réfugié (Thèse de Julien CALMON le 29 septembre 2014)

Accéder au texte intégral de la thèse

Il est des bénéficiaires du système de santé dont on ne parle pas ou peu.
Oubliés du monde, ils le sont également des statistiques.
Julien Calmon apporte un éclairage sur la santé des demandeurs d’asile.
En ce sens , il répond à une préoccupation de santé publique mais aussi de réflexion sur la citoyenneté et ses droits.

Comme le rappelle l’auteur, le demandeur d’asile est “une personne qui est contrainte à l’exil parce que sa vie ou sa liberté sont menacées à l’endroit où elle vit.
Il nous est rappelé le statut précaire du demandeur pendant la procédure, mais également une fois obtenu le statut de réfugié.
Parmi ces difficultés, le recours au système de santé n’est pas le moindre.
Bien que pris en charge par la Couverture Maladie Universelle Complémentaire (CMU-C), la méconnaissance de la langue et des systèmes administratifs est un frein à la prise en charge sanitaire.
L’obtention du statut de réfugié a-t-il une incidence sur l’état de santé de ces populations ?
C’est ce que propose d’analyser ce travail.

(suite…)

L’effet diabétogène des statines : Premières notifications et revue de la littérature (thèse de Frédérick STAMBACH, le 20 mai 2014)

Accéder au texte intégral de la thèse

Les statines sont actuellement la classe thérapeutique la plus vendue au monde et sont commercialisées depuis 25 ans. Elles présentent de nombreux effets indésirables, les plus connus étant les effets indésirables hépatiques et musculaires. Au premier trimestre 2012 l’Agence Européenne du Médicament (EMA) et la Food and Drug Administration (FDA) ont émis des alertes concernant l’effet diabétogène des statines. Dans le cadre de son internat, Frérérick Stambach a effectué un an de stage dans le cabinet du Dr Philippe Nicot à Panazol. En rédigeant un courrier au cardiologue d’un patient présentant des myalgies sous statines, ils ont découvert l’alarme de la FDA. Afin de satisfaire aux obligations légales de déclaration des effets indésirables, ils ont décidé d’analyser l’ensemble des dossiers de la patientèle du Dr Nicot afin de repérer les patients ayant développé un diabète sous statine au cours des dix dernières années. Ils ont ainsi identifié quatre cas pouvant être compatibles avec cet effet indésirable, qui tous ont été déclarés au Centre Régional de Pharmacovigilance (CRPV), déclarations qui furent les premières en France concernant cet effet indésirable.

Capture d’écran 2014-05-21 à 10.52.15  (suite…)

Dépistage du cancer du sein par mammographie : les effets indésirables l’emportent sur les effets bénéfiques

Capture d’écran 2014-03-12 à 11.15.14L’utilité d’un dépistage systématique du cancer du sein par mammographie fait l’objet de controverses dans de nombreux pays depuis un certain nombre d’années.

le Swiss Medical Board, organisme suisse indépendant, a publié le 15 décembre 2013 un rapport concernant ce dépistage. Il y pose la question de savoir s’il est possible, grâce aux mammographies systématiques, de détecter des tumeurs à un stade plus précoce. Et ce afin de prolonger la survie, avec une bonne qualité de vie, des femmes concernées et, à terme, réduire la mortalité par cancer du sein.

En voici une présentation : (suite…)

Utilisation du test de diagnostic rapide des angines en médecine générale : analyse des pratiques des médecins généralistes installés en Haute Vienne

                                                                 Accèder au texte intégral de la thèse

« Les antibiotiques ont été une avancée majeure dans la thérapeutique, au point d’être devenus, dans l’imaginaire collectif, capables de soigner toutes les pathologies infectieuses qu’elles soient bactériennes ou virales, ou qu’elles nécessitent un traitement ou pas. Les prescriptions ne sont pas uniquement fondées sur les données cliniques et scientifiques. L’anxiété du prescripteur, son expérience, ses habitudes et celles du lieu où il exerce, la possibilité de suivre le patient ou non, le moment de la semaine (veille de week-end). La perception que le médecin a des attentes du patient joue également un rôle ». (suite…)

Prescription par les médecins généralistes de Haute-Vienne de corticoïdes par voie orale dans les pathologies ORL à partir de données de l’assurance maladie de novembre 2010 à février 2011

                                                                                                                                                                                                Accéder au texte intégral de la thèse

Au cours de son apprentissage de médecin généraliste Audrey Jaouen ayant été confrontée à la prescription de corticoïde dans les pathologies de la sphère ORL, motifs courants de consultation, s’est posée la question de leur justification. Elle en a fait le sujet de sa thèse de doctorat.

Elle débute par un rappel historique, pharmacologique et des effets indésirables des corticoïdes, ainsi que de leurs interactions médicamenteuses et de leurs contre-indications.

Ensuite elle effectue une recherche sur les données factuelles concernant la prescription de corticoïdes dans le cadre des infections ORL :

  • AMM : « prednisolone, prednisone, bétaméthasone, dexaméthasone : certaines otites séreuses, polypose nasosinusienne, certaines sinusites aiguës ou chroniques, rhinites allergiques saisonnières, laryngite aiguë striduleuse »
  • Revues de la littérature (Cochrane, Le Revue Prescrire) et des recommandations Françaises, Européennes et Etasuniennes : « Les corticoïdes per os ne sont pas recommandés dans les pathologies infectieuses ORL à l’exception de la sinusite maxillaire aiguë de l’adulte mais si, et seulement si, elle est hyperalgique » 
  • Effets indésirables des cures courtes : « risques d’allergie, myopathies transitoires, troubles de l’humeur qui peuvent aller de l’agitation, l’insomnie, l’anxiété, la distractibilité, l’hypomanie, l’irritabilité à des états maniaques, des états dépressifs ou mixtes ou des états délirants »… »déséquilibre de maladies chroniques(HTA, diabète) »… »Il existe également un risque infectieux lors de la prise de glucocorticoïdes dans un contexte d’infection bactérienne sans la couverture antibiotique nécessaire avec notamment le risque de développer une cellulite ». (suite…)

Internet et soins primaires : les outils de veille et de recherches documentaires au service d’une information de qualité pour le médecin généraliste en 2013

 

Accéder au texte intégral de la thèse

« La médecine a l’art de nous remettre en question et de faire naître les doutes. Elle nous met face à des choix, et nous oblige à avancer dans le seul et unique intérêt du patient, en respectant sa capacité d’autodétermination. »

David L’Hénoret, l’auteur de cette thèse, dresse d’emblée le champ d’action essentiel de la pratique médicale : le seul et unique intérêt du patient..

Le développement de moyen de communications/informations par l’Internet n’échappe pas à cette règle.
L’auteur nous propose un regard sur les outils permettant au médecine généraliste l’utilisation de moyens numériques de qualité, fiable et indépendants des firmes.

La question est clairement posée :
« Quels sont les outils de veille et de recherche documentaire, non institutionnels, validés, pertinents, indépendants, en libre accès et en langue française, proposés aux médecins généralistes en 2013 ? » (suite…)

Suivi de patients en sevrage de toxicomanie

I/ LE RÉCIT:

Je rencontre pour la première fois Mme J. en consultation avec mon praticien, au mois de décembre, et d’ailleurs je ne verrai jamais seule cette patiente. Je la rencontre à l’occasion de mon stage chez le praticien. Ce stage, à réaliser lors de l’internat, comporte une phase d’observation au cours de laquelle l’interne se familiarise avec son environnement, une phase semi-active au cours de laquelle il peut exécuter des actes en présence du maître de stage, et une phase active au cours de laquelle il peut accomplir seul des actes sous la supervision indirecte du maître de stage.

Mme J. est suivie depuis de nombreuses années par mon praticien. Il s’agit d’une patiente âgée de 45 ans, elle est mariée et a 1 fils de 16 ans. Elle ne travaille pas . Son mari travaille à la vigne. Ils habitent dans une caravane.

Mme J. vient ce jour là, pour un renouvellement de son traitement par buprénorphine (SUBUTEX°). Au cours de cette consultation, mon praticien m’explique que Mme J. a consommé de l’héroïne il y a plusieurs années et qu’elle est actuellement sous buprénorphine (SUBUTEX°) 2mg/j.

(suite…)

Privilégier l’évaluation du risque cardiovasculaire global et viser sa réduction lors de la prescription d’une statine plutôt que le dosage du LDL cholestérol

Un article1 paru dans Circulation Cardiovascular Quality and Outcomes remet en question l’intérêt d’atteindre des valeurs cibles du LDL cholestérol considérées jusqu’à présent comme élément principal de décision et de suivi de traitement par statines.

Un résumé en français de l’article par le Docteur Michel Lièvre (MCU-PH, Pharmacologie clinique, Lyon) est disponible sur le site du BIP 31 (page 49).

Selon les auteurs, le manque de preuve devrait inciter à ne plus se baser sur le dosage du LDL cholestérol, mais sur le risque cardiovasculaire global afin de décider de la prescription d’une statine. L’objectif thérapeutique étant la prévention de la morbidité et de la mortalité cardiovasculaires.

Le choix d’un traitement par statine doit privilégier celles (voir ici et ) qui ont prouvé qu’elles permettaient d’abaisser le risque d’événements cardiovasculaires.

Le Professeur Monstatruc aborde lors de la 3e édition de la matinale de Pharmacologie l’efficacité des statines en prévention primaire et en prévention secondaire ainsi que 
l’intérêt et limites de la stratégie LDL.

Ces données remettent-elles en question la pertinence de certains items du paiement à la performance proposé par l’Assurance maladie aux médecins ?

La question déjà posée sur le site, « Rémunération sur objectifs de santé publique en France. Sur quelles bases scientifiques? » peine de plus en plus à trouver de réponses validées en faveur de l’intérêt de ce dispositif mis en place par l’Assurance maladie.

1 Hayward RA, Krumholz HM. Three reasons to abandon low-density lipoprotein targets. Cardiovascular quality and outcomes. 2012 Jan 1; 5(1):2-5. Accessible ici

 

Conférence-débat de Peter Gotzsche

Alors qu’ Octobre Rose bat son plein le 4 octobre 2012 La Revue Prescrire a invité Peter Gotzsche, expert de renommée mondiale sur le dépistage du cancer du sein, à s’exprimer au cours d’une conférence-débat organisée dans le cadre de la remise des Prix Prescrire.

Le titre de cette conférence est «Trop dépister les cancers nuit-il à la santé ? L’exemple des cancers du sein».

En introduction le scientifique rappel que «le véritable effet du dépistage n’est pas connu avec certitude». (suite…)

Risques musculaires des statines. A propos de fortes doses de simvastatine et d’interactions médicamenteuses.

La FDA (administration étatsunienne des aliments et des drogues), a publié le 19.03.2010 une mise en garde sur les effets indésirables musculaires de la simvastatine à forte dose.

En voici les points clés :

L’atteinte musculaire, appelée aussi myopathie, est un effet indésirable potentiel connu de toutes les statines. Les patients ayant une myopathie ont généralement des douleurs musculaires et/ou une diminution de leur force musculaire, une élévation des enzymes musculaires sanguines (CPK). Plus la dose de statine est élevée plus le risque de développer une myopathie est important. Le risque de myopathie est aussi élevé quand la simvastatine, spécialement à forte dose, est utilisée avec certains autres traitements.
La forme la plus sérieuse de myopathie est la rhabdomyolyse qui se produit quand la protéine (myoglobine) des fibres musculaires se décompose. La myoglobine peut léser les reins. En plus des symptômes musculaires, les patients atteints de rhabdomyolyse peuvent présenter des urines de coloration rouge ou noire et une asthénie.
Les conséquences sont une insuffisance rénale potentiellement fatale.
Les facteurs de risque connus de développer une rhabdomyolyse sont l’âge (supérieure à 65 ans), une hypothyroïdie et une insuffisance rénale. Myopathie et rhabdomyolyse sont répertoriés comme des effets indésirables possibles de la simvastatine et des autres statines. (suite…)

Leçons du dépistage du cancer du sein pour les soins, la recherche et l’expertise

Bernard Junod est médecin de santé publique et épidémiologiste.
Depuis de nombreuses années, il milite pour qu’une information honnête soit apportée aux femmes dans le cadre du dépistage du cancer du sein par mammographie.

Avec son aimable autorisation, nous vous proposons le texte de son intervention au Collège de France le 28 juin 2012, lors du

Forum science, recherche et société
Le Monde et La Recherche

Le dépistage du cancer du sein sauve-t-il réellement des vies ?

(suite…)

Surdiagnostic et surtraitement

Un excellent article est paru début juin dans le British Medical Journal1: « Preventing overdiagnosis: how to stop harming the healthy » (Prévenir le surdiagnostic: comment arrêter de nuire aux personnes en bonne santé ?)

Les auteurs remettent en question la pertinence du dépistage systématique d‘un certain nombre de maladies (cancer du sein, thyroïde…). Ils présentent également plusieurs pathologies (asthme, certaines embolies pulmonaires, diabète gestationnel, hypertension artérielle, hypercholestérolémie…) dont certains critères de classification trop larges, l’hypersensibilité des tests, ont pu aboutir à un surdiagnostic avec parfois surtraitement.

Plusieurs facteurs seraient responsables de ce surdiagnostic. Selon les auteurs de l’article, une croyance intuitive dans la détection précoce, alimentée par une foi profonde dans la technologie médicale, serait sans doute au cœur du problème de surdiagnostic. (suite…)

Aspirine en prévention primaire : une indication au cas par cas.

Effets vasculaires et non vasculaires de l’aspirine.
Méta-analyse d’essais contrôlés randomisés.

Résumé en français de l’article de Sreenivasa Rao Kondapally Seshasai, MD, MPhil; Shanelle Wijesuriya, MA, MBBChir; Rupa Sivakumaran, MA, MBBChir; Sarah Nethercott, MA, MBBChir; Sebhat Erqou, MD, PhD; Naveed Sattar, MD, PhD; Kausik K. Ray, MD. Arch Intern Med. 2012;172(3):209-216. Published online January 9, 2012.doi:10.1001/archinternmed.2011.628.

«Le rapport bénéfice/risque de l’aspirine en prévention des événements cardio-vasculaires et non vasculaires reste incertain. Il est nécessaire d’évaluer l’impact (et la sécurité) de l’aspirine sur les événements vasculaires et non vasculaires en prévention primaire. En effet les méta-analyses ont montré,  à ce jour, un bénéfice modeste de l’aspirine dans la prévention primaire des pathologies cardio-vasculaires, la question qui se pose étant de savoir dans quelle mesure ce bénéfice est contre balancé par des épisodes hémorragiques.
Des études récentes de prévention primaire et secondaire suggèrent aussi une réduction significative de la baisse de mortalité par cancer pour les personnes recevant une prophylaxie par aspirine. Il est donc nécessaire de savoir si une utilisation plus répandue de cette thérapeutique doit être préconisée.
De plus les guides thérapeutiques actuels préconisant l’aspirine en prévention primaire des risques cardio-vasculaires sont basés sur des études publiées avant 2005, alors que depuis, au moins trois autres études ont été publiées. (suite…)

Impact de la visite médicale sur la qualité des prescriptions de médecins généralistes bretons (Thèse E. FOISSET, mars 2012)

 Accéder au texte intégral de la thèse

« Moi, je reçois les labos mais je reste libre de mes prescriptions ! », voilà une phrase que nous avons tous entendu.

Voici une thèse qu’il conviendrait de faire lire à ces confrères qui pensent se soustraire à la règle commune… il y est établi qu’entre 10 et 19% des médecins seulement ne reçoivent pas les visiteurs médicaux et dans leur très grande majorité, ceux qui les reçoivent affirment n’être pas influencés … mais sont convaincus que leurs collègues le sont (!). (suite…)

Dosage du PSA: peu ou pas de baisse de la mortalité par cancer de la prostate, des effets indésirables majeurs.

En 2008 l’USPSTF (groupe de travail du service de prévention des Etats Unis d’Amérique) a effectué une revue de la littérature concernant le rapport bénéfice-risque du dépistage du cancer de la prostate par dosage de la PSA (prostate specific antigen) et émis des recommandations .

Depuis lors, des essais à grande échelle sur ce sujet ayant été publiées, l’USPSTF a commandé deux études afin de synthétiser les données actuelles et résumé les données Capture d’écran 2014-04-06 à 12.17.32issues de ces études dans un article publié en octobre 2011. Ces données montrant un rapport bénéfice/risque nettement en défaveur du dépistage du cancer de la prostate par dosage de la PSA, l’USPSTF a publié dans le même mois un avis provisoire défavorable de grade D sur ce dépistage. 

Nous nous proposons de résumer ici cet article: (suite…)

Procès américain du neurontin : Les dérives de l’industrie pharmaceutique ( Thése de Hélène GAILLARD DE SEMAINVILLE, janvier 2012)

Accéder au texte intégral de la thèse

Alors qu’aux USA, le « procès du Neurontin® » a eu un grand retentissement, il est passé quasiment inaperçu en France.
Hélène GAILLARD DE SEMAINVILLE nous propose de revenir sur ce sujet qui démontre que le marketing est plus important que la recherche au détriment des intérêts de santé.

(suite…)

Évaluation de la qualité d’écoute des médecins généralistes en consultations (thèse de S. DARETHS, décembre 2011)

Accéder au texte intégral de la thèse

 

«Le patient parle, parle…, je réalise que je ne l’écoute plus ». Voici comment Sophie Dareths a eu l’idée pour sa thèse d’évaluer la « qualité d’écoute » du médecin généraliste lors de ses consultations. Mais comment évaluer la qualité d’écoute au cours des consultations?

  • aucune définition consensuelle ne se dégage de la littérature,
  • aucun outil validé n’existe pour son évaluation, (suite…)

L’effet des incitations financières sur la qualité des soins dispensés par les médecins généralistes.

« L’utilisation de systèmes de rémunération mixte des médecins généralistes, et notamment l’utilisation d’incitations financières pour récompenser «performance» et «qualité» de ces soins est en augmentation dans un certain nombre de pays. Il y a de nombreux exemples aux Etats Unis et le QoF pour les médecins généralistes du Royaume Uni est un exemple d’une modification importante du système. Malgré la popularité de ces régimes, il existe actuellement peu de preuves rigoureuses de leur efficacité dans l’amélioration de la qualité des soins primaires ou de leur rentabilité par rapport à d’autres façons d’optimiser la qualité des soins. (suite…)

Tabacologie : l’efficacité du patch en question.

Publié par Eurekalert , il nous a semblé utile de traduire pour vous la présentation par la Harvard School of Public Health d’une récente étude sur l'(in)efficacité des substituts nicotiniques.
Une remise en cause après d’autres (par exemple en France le Pr Molimard avec son concept de l’« alter tabacologie« ) de la seule responsabilité de la nicotine dans la création de la dépendance. (suite…)

La stimulation des médiateurs de l’appétit persiste longtemps après l’arrêt d’un régime.


En 2011 une équipe australienne publie une étude mettant en évidence les modifications des taux circulants de certains médiateurs chimiques de l’appétit induites par un régime basses calories de 10 semaines, chez des patients en surpoids ou obèses, non diabétiques. Un an après des modifications significatives de ces médiateurs persistent. Celles-ci pourrait permettre de mieux comprendre, sur un plan chimique, le taux élevé de reprise de poids, sans préjuger du rôle des autres déterminants (hérédité, habitudes formatées depuis l’enfance, etc) (suite…)

Existe-t-il une surmortalité chez les femmes dépistées par mammographie? Méta-analyse sur la mortalité non liée au cancer du sein (thèse L.FAYOLLE, novembre 2011)

Accéder au texte intégral de la thèse

 

Comme le souligne Laure FAYOLLE dans sa thèse, le médecin généraliste, acteur majeur de santé publique, se doit de donner une information claire à ses patients sur l’intérêt des différents dépistage et de respecter le principe de “primum non nocere”.

Son travail fait dans un premier temps un point très complet sur le cancer du sein et son dépistage par mammographie. Dans un second temps elle réalise une méta-analyse afin de savoir s’il existe une surmortalité en dehors du cancer du sein chez les femme dépistées. (suite…)

Le « gut feeling » chez les médecins généralistes de terrain du Finistère: définition, modélisation et implications » (thèse E. CHIPEAUX, novembre 2011)

Accéder au texte intégral de la thèse

Gut feeling ? késako ?

Voilà une thèse passionnante sur un sujet qui ne l’est pas moins :

En médecine générale plus que dans toute autre spécialité, parfois, les décisions sont prises, non pas sur des scores cliniques, ni des tests de dépistages, ni sur des arbres décisionnels mais sur des « impressions ».

Loin des dérives scientistes de l’EBM, ici, c’est de l’intuition qu’il s’agit : ce qui se passe quand nous avons la sensation que « y’a quelque chose qui cloche » : (suite…)

Médicaments de la maladie d’Alzheimer: pourquoi dire non.

La réévaluation par la commission de transparence (HAS) des médicaments indiqués dans la maladie d’Alzheimer a amené Philippe NICOT, médecin généraliste, à considérer les éléments nouveaux depuis les avis rendus en 2007. Ce travail lui a permis d’écrire un rapport d’expertise externe, dont voici un résumé:

Les médicaments de la maladie d’Alzheimer sont:

  • -les anticholinestérasiques: donépézil, galantamine, rivastigmine.
  • -la mémantine.

Quelles sont leurs caractéristiques en termes d’efficacité et de tolérance? (suite…)

Vaccination anti-grippale: risquer un syndrome de Guillain-Barré afin d’éviter un arrêt de travail?

« Plus de de 200 virus peuvent provoquer un syndrome grippal (fièvre, maux de tête, courbatures, toux, rhinorrhée). Sans test de laboratoire, il n’est pas possible de distinguer les virus grippaux A et B des autres virus. La symptomatologie virale peut durer plusieurs jours, les complications sévères et les décès sont rares. Les vaccins sont au mieux efficaces contre seulement les virus A et B qui représentent environ 10% de tous les virus en circulation. Chaque année l’OMS recommande quelles souches virales doivent être inclues dans le vaccin de la prochaine saison. (suite…)

La mémantine (Ebixa°) en monothérapie : toujours pas de preuve de son utilité

« Les résultats de cette étude montrent l’absence d’efficacité significative de la mémantine (Ebixa°) en cas de démence légère sur Maladie d’Alzheimer et confirment l’absence de preuve d’une efficacité cliniquement pertinente de la mémantine en cas de démence modérée à sévère (MMSE <20) dans le cadre de cette pathologie. »

(Minerva Online  2011-09-28). Résumé.

Panorama critique de la médecine factuelle (mémoire G. NOIR de CHAZOURNES, septembre 2011)

Accéder au texte intégral du mémoire

Mémoire soutenu le 02 septembre 2011 à l’institut d’études politiques de Lyon par Guillaume Noir de Chazournes, son « panorama critique de la médecine factuelle » ne peut que nous intéresser puisqu’il s’agit d’une étude des enjeux et des difficultés à mettre en pratique l’EBM (Evidence Based Medecine). Et de fait, ce travail est passionnant ! (suite…)

intérêt primordial de la Metformine (glucophage°) pour traiter le diabète de type 2.

« Cette synthèse méthodique de comparaisons directes entre ADO pour traiter le diabète de type 2 confirme l’intérêt primordial de la metformine en monothérapie ou en association, au point de vue rapport efficacité/sécurité versus autres ADO »

(Minerva Online 2011-09-28. Efficacité et sécurité des antidiabètiques oraux pour le diabète de type 2: mise à jour). Résumé.

Polyarthrite rhumatoide et spondylarthrite ankylosante: les coxibs sont des traitements dangereux.

Louis Adrien DELARUE dans sa thèse (présentée et soutenue publiquement le 06 juillet 2011 à Poitiers) se pose la question :
“Les Recommandations pour la Pratique Clinique élaborées par les autorité sanitaires française sont-elles sous influence industrielle? A propos de trois classes thérapeutiques”.

Son analyse porte notamment sur les coxibs.
Quatre inhibiteurs de la COX-2 ont été successivement commercialisés en France, depuis l’an 2000:

  • rofécoxib (ex-Vioxx°)
  • étoricoxib (Arcoxia°),
  • parécoxib (Dynastat°)
  • célécoxib (Celebrex°)

Quel est le rapport bénéfice/risque des coxibs ?
Quel progrès thérapeutique les coxibs sont-ils susceptibles d’apporter aux patients en comparaison des médicaments plus anciens ?  (suite…)

Les Recommandations pour la Pratique Clinique élaborées par les autorités sanitaires françaises sont-elles sous influence industrielle ? A propos de trois classes thérapeutiques. (thèse L.A. DELARUE, juillet 2011)

Accéder au texte intégral de la thèse

Accéder au Document de travail

 

Voilà une thèse dont on parle et dont on n’a pas fini de parler :
Question somme toute assez simple :
Les recommandations censées guider la pratique des médecins sont-elles rédigées en toute indépendance et pour le seul plus grand bien des patients ? (suite…)

Efficacité de l’Arnica Montana : Une revue de la littérature (thèse B. COUATARMANACH avril 2011)

Accéder au texte intégral de cette thèse

Et vous, vous y croyez ?

L’homéopathie suscite toujours des débats vifs sur ce mode d’une croyance ou non.

Brice COUATARMANACH sort de ces polémiques pour poser les bonnes questions et y apporter des réponses en rapport avec nos connaissances actuelles, dans le cadre défini, dès le départ, de celui de l’Evidence Based Medicine.
Il n’existe pas de preuve d’une efficacité de ce traitement. (suite…)

La compétence relationnelle dans le soin en médecine générale (thèse C. ISNARD mai 2011)

Accéder au texte intégral de cette thèse

Voilà une thèse atypique par son approche ethnographique, elle n’hésite pas à utiliser pleinement et sans complexe les ressources de l’analyse qualitative d’un matériel brut : l’enregistrement direct des consultations.

Délibérément centrée sur les spécificités de l’exercice de la médecine générale, Camille Isnard pose une série de questions aussi évidentes qu’inhabituelles : (suite…)

Exénatide (Byetta°), sitagliptine (Januvia°, Xelevia°): pancréatites et cancers du pancréas.

« L’exénatide (Byetta°), sitagliptine (Januvia°, Xelevia°) sont des hypoglycémiants agissant sur les incrétines, hormones intestinales qui augmentent la sécrétion d’insuline. A partir de la base de données de pharamacovigilance de l’Agence étatsunienne du médicament (FDA) qui est en libre accès sur Internet, une équipe a comparé les notifications concernant l’exénatide ou la sitagliptine entre 2004 et 2009 versus celles concernant les autres médicaments. Le taux de signification de pancréatites est apparu, de façon statistiquement significative, environ 11 fois plus grand avec l’exénatide et 7 fois plus grand avec la sitagliptine. Pour les cancers du pancréas, le taux a été environ 3 fois plus grand avec les 2 médicaments. Pour les cancers de la thyroïde, il a été environ 5 fois plus grand avec l’exénatide, et non statistiquement significatif avec la sitagliptine. En pratique, par prudence devant de tels risques, mieux vaut ne pas utiliser ces médicaments aux bénéfices cliniques non démontrés au-delà de l’effet sur la glycémie, et aux effets indésirables de plus en plus préoccupants.

(La Revue Prescrire Juillet 2011/Tome 31 N° 335. Vigilance) Résumé.

 

Les médecins généralistes fondent-ils leur décision sur les données validées de la science ? (thèse C. FREISZ avril 2011)

Accéder au texte intégral de cette thèse

C’est la question que pose Charlotte Freisz dans sa thèse soutenue le 8 avril 2011.

A partir d’une étude sur les prescriptions médicamenteuses initiales dans l’hypertension artérielle, elle nous apporte une réponse sans complaisance et argumentée.

En spécifiant en préambule son absence de liens d’intérêts avec les entreprise du médicament, notre consœur remplit à la fois des conditions légales, mais aussi et surtout ses obligations morales envers ses lecteurs. (suite…)

Simvastatine + ézétimibe : quel intérêt chez les insuffisants rénaux ?

ETUDE SHARP (résumé) :

Méthodologie : Publiée  le 09/06/11 dans le Lancet, cette étude conduite chez 9.270 patients insuffisants rénaux chroniques (dont 3.023 en dialyse) sans antécédent d’infarctus du myocarde ou de procédure de revascularisation, compare au placebo l’association simvastatine 20mg et ézétimibe 10mg avec une durée moyenne de suivi de 4,9 années. Le critère composite principal de jugement additionne les infarctus non mortels, les décès d’origine coronaire, les accidents vasculaires cérébraux non hémorragiques, et toute procédure de revascularisation.

(suite…)

Effet « paradoxal » des médicaments de la maladie d’Alzheimer?

“L’étude de cohorte américaine montre que la prescription d’anticholinestérasiques ou de mémantine peut-être associée à un déclin cognitif plus rapide…Les questions que se posent la rédaction:…Cette étude ajoute encore aux données sur les effets adverses de ces médicaments: il s’agit cette fois d’aggravation possible de certaines formes débutantes de la maladie. Faut-il attendre de nouvelles”affaires”?

(Médecine,Volume 7,Numéro 3,103, Mars 2011, Au fil de la presse). Résumé.

Dépression majeure:une place pour la duloxétine et pour la venlafaxine?

“Conclusion Minerva:Cette synthèse exhaustive confirme l’intérêt non prépondérant de la duloxétine(Cymbalta°)dans le traitement de la dépression majeure et l’intérêt secondaire de la venlafaxine (Effexor°) versus ISRS et ATC. Cette observation conforte les recommandations actuelles : choisir, si un antidépresseur est nécessaire, entre tricycliques (amitriptyline,Laroxyl° la mieux évaluée) et ISRS (sertraline, Zoloft° la plus efficiente).”

(Minerva Online, 2011-02-28). Résumé.

Montélukast (Singulair®): effets indésirables psychiatriques.

“Le montélukast sodique, antagoniste des récepteurs des leucotriènes (Singulair®), est indiqué dans le traitement préventif de l’asthme induit par l’effort ainsi que dans le traitement curatif des asthmes persistants légers à modérés insuffisamment contrôlés par les autres traitements. La FDA informe les professionnels de santé de la possible survenue de troubles neuropsychiatriques à type d’agitation, d’agression, d’anxiété, de cauchemars, d’insomnies, d’hallucinations, de dépressions et de tentatives de suicide. Plusieurs observations mentionnant ces effets psychiatriques concernent de jeunes enfants. Ces effets régressent rapidement à l’arrêt du traitement mais peuvent réapparaître lors de sa réintroduction. Santé Canada a également communiqué sur la survenue de troubles suicidaires chez les patients traités par ce produit. En France, ces effets indésirables sont mentionnés dans le RCP du produit mais restent assez peu connus des prescripteurs.”

(Médecine, Volume 5, Numéro 8, 353-4, Octobre 2009, Thérapeutiques). Article intégral.