administratif

De l’informatique subie à l’informatique choisie.

Peu de temps après la création avec mon associée de notre cabinet médical, nous nous sommes informatisées afin de travailler en réseau. Peu au fait de ce qui existait, nous avons choisi notre programme informatique plutôt par défaut que par choix éclairé. Je travaille sur MédicaWin32, initialement commercialisé par CRIP, racheté il y a quelques années par Sephira. C’est un programme sans publicité, que je trouve de bon fonctionnement dans ma pratique quotidienne et que je peux à présent utilisé quasiment les « yeux fermés ». Hélas la société informatique assurant la maintenance a décidé sa migration vers une version tout à fait nouvelle, version en pleine évolution du fait de la nouvelle convention, et peu sûre jusqu’à présent dans la récupération des données. J’ai donc décidé d’attendre des jours meilleurs avec une grande incertitude sur ce que serait ce futur informatique.
À la lecture de l’article de Jean Baptiste Harriague et notamment de ses propositions concrètes, je me suis dit qu’il était temps de ne plus avoir un logiciel métier subi mais un logiciel métier choisi. Oui mais choisi…sur quoi ? Pourquoi ? Lequel ?

Si pour vous aussi il est important de reprendre la main sur le choix de votre logiciel, compagnon de tous les jours de notre pratique médicale, rendez-vous ici pour discuter :

  • des critères de choix .
  • des logiciels existants pouvant correspondre à nos besoins.

…un médecin conseil, quelle recommandation HAS?

Cher Confrère,

Vous m’avez retourné récemment le protocole de soins concernant Mme Y., présentant un diabète de type 2, que je vous avais adressé pour concertation.
Qu’elle ne fut pas ma surprise de revoir le tampon : «selon recommandations HAS» qui avait pourtant disparu de ces protocoles :

Ma surprise est d’autant plus grande que sur le site de la HAS il est notifié que cette recommandation a été retirée le 02.05.2011 suite à la décision du conseil d’état. (suite…)

Rémunération sur objectifs de santé publique en France. Sur quelles bases scientifiques?

Le 25 septembre 2011 une nouvelle convention médicale était publiée au journal officiel, marquant ainsi son entrée en application. Cette nouvelle convention introduit la rémunération des médecins libéraux sur objectifs de santé publique. Courant décembre je recevais la «lettre d’information aux médecins libéraux», éditée par l’Assurance Maladie, lettre ayant vocation à «faire partager les orientations de l’Assurance Maladie pour mieux travailler ensemble», l’éditorial étant signé du directeur général de l’Union nationale des caisses d’assurance maladie.

La nouvelle convention y est présentée dans ces termes:

«Faire encore progresser la santé publique dans notre pays. Voilà l’enjeu principal de la nouvelle convention médicale», «Rémunération sur objectifs de santé publique. Pour cela, la convention engage une diversification de vos modes de rémunération, en fonction de l’atteinte d’objectifs de santé publique», «Faire progresser la qualité des soins».

Un tel engagement doit reposer sur des preuves scientifiques solides. (suite…)

Au cours d’un accident de travail il est possible de réaliser un bilan de compétence.

Au cours d’un accident de travail, afin de préparer la reprise d’une activité professionnelle, un bilan de compétence est réalisable. Une bonne collaboration entre le médecin conseil, le médecin du travail et le médecin traitant est nécessaire.

1) Situation:

Mme D.A., 33 ans, vendeuse depuis 9 ans dans un magasin de prêt à porter, est victime  en juillet 2009 d’une agression à main armée, avec prise d’otage, violence sur sa personne et vol de sa voiture personnelle. La patiente est mise en arrêt de travail dans le cadre d’un accident de travail. (suite…)

La généraliste, le protocole et le médecin conseil

Si vous avez l’âme sensible, passez votre chemin, mais si vous voulez connaître les aventures formidables de Nathalie pourchassant les dragons de l’administration, continuez votre lecture.

Il était une fois….. (suite…)

La réactualisation du guide médecin ALD de la HAS retient notre attention

La liste des actes et prestations contenus dans le guide médecin concernant l’affection longue durée qu’est le diabète de type 2 vient d’être actualisée.

Cette réactualisation est analysée par Philippe Nicot ici

Cette analyse renforce notre conviction que l’établissement de ce protocole de soin n’est pas à simplifier.


… à propos du volet 3 des protocoles ALD

le 15/12/10

Monsieur le directeur, Suite au protocole de soin de M. S., j’ai reçu le refus (partiel)  ci-joint.

De son côté M. S. a reçu le courrier ci-joint qui stipule que le « médecin conseil a étudié et révisé la demande », puis «votre médecin traitant a reçu le formulaire qui confirme cet accord ». S’il a révisé la demande, c’est qu’il n’est pas d’accord.

Je vous confirme que je ne suis pas d’accord (comme déjà dit au téléphone à M. I médecin Chef). Je vous demande donc de le spécifier à mon patient et de lui indiquer les modalités afin de procéder à un appel pour expertise.

Par ailleurs, les volets 3 que vous m’adressez sont destinés aux patients. Je n’ai aucune vocation à  faire de la distribution de courrier. Aussi, je vous invite à trouver ci-joint une pile de volets 3 qui encombre mon bureau afin que vous puissiez les faire parvenir directement aux assurés concernés.

Vous souhaitant bonne réception.

auteur : voir liste

pas de simplification administrative

Le diabète de type 2 est une Affection de Longue Durée prise en charge à 100 %, c’est-à-dire: “une maladie qui nécessite des soins prolongés (plus de six mois) et dont les traitements sont coûteux.”

C’est pourquoi, l’Assurance Maladie rembourse à 100 % les dépenses liées à ces soins et traitements.

Pour cela il est nécessaire que le médecin traitant remplisse un protocole de soins : “un formulaire de prise en charge qui ouvre les droits au 100% et qui indique les soins et les traitements nécessaires à la prise en charge de la maladie du patient: ceux qui sont pris en charge à 100 %, ceux qui sont remboursés aux taux habituels de la sécurité sociale et ceux qui ne sont pas du tout pris en charge” (suite…)

Je ne signerai pas ce CAPI.

Les objectifs du CAPI qui sont notamment: « toute action d’amélioration des pratiques, de la formation et de l’information des professionnels.” et « d’améliorer la prise en charge des patients atteints de pathologies chroniques et de promouvoir l’efficience de la prescription. » sont des objectifs louables.

•Des précautions sont prises: “Dans l’intérêt des patients, les engagements du présent contrat sont soumis au respect de la liberté de prescription, les médecins étants tenus, dans tous leurs actes et prescriptions, d’observer la plus stricte économie compatible avec la qualité, la sécurité et l’efficacité des soins.” (suite…)

CAPI, diabète et statines.

Analysons: le Champ: suivi des maladies chroniques ,le Thème:diabète et l’Indicateurs et niveaux cibles à 3 ansNombre de patients diabètiques (hommes 50 ans, femmes 60 ans) traités par antihypertenseurs et statines/ nombre de patients diabètiques MT (hommes 50 ans, femmes 60 ans ) traités par antihypertenseurs: objectif intermédiaire:65%,objectif cible:75%.

D’où vient cet indicateur?

Du référentiel HAS/AFSSAPS:1

Confrontons à présent cet indicateurs du CAPI au référentiel HAS de novembre 2006 et aux données de la science à ce jour. (suite…)

  1. http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_459270/traitement-medicamenteux-du-diabete-de-type-2 []

CAPI, diabète et aspirine

Dans le CAPI il y a donc une contre-partie financière au respect des objectifs des niveaux cibles des indicateurs:

“4.2. Contrepartie financièreL’assurance maladie verse au médecin une contrepartie financière, tenant compte de la progression et del’atteinte des objectifs du contrat, dont le montant est défini comme suit :4.2.1. Pour chaque indicateur et pour la durée du contrat sont définis un niveau initial, un objectifintermédiaire et un objectif cible. Ces éléments figurent en annexe 1 au présent contrat.”

Analysons: le Champ: suivi des maladies chroniques, le Thème:diabète et l’ Indicateurs et niveaux cibles à 3 ans:Nombre de patients diabétiques(âge supérieur à 50 ans pour les hommes et 60 ans pour les femmes) traités par anti-hypertenseurs,statines et  aspirine faibles dose/total diabétiques (âge supérieur à 50 ans pour les hommes et 60 ans pour les femmes) de la patientèle traités par anti-hypertenseurs et statine: objectif intermédiaire 55%, objectif cible:65%. (suite…)

A quoi s’engage un médecin quand il signe un CAPI?

CAPI:1

“Vu la décision du directeur de l’UNCAM en date du 9 mars 2009 relative à la création d’un contrat type d’amélioration des pratiques à destination des médecins libéraux conventionnés,il a été convenu ce qui suit : » (suite…)

  1. journal officiel du 21 avril 2009. []