AINS

Pas de prescription d’un inhibiteur de la pompe à protons en association à un AINS chez un adulte sans facteur de risque.

Chez un adulte ne présentant pas de facteur de risque la prescription associée d’un inhibiteur de la pompe à protons à celle d’un AINS n’est pas justifiée.

1) Situation :

Mme B. 52 ans me consulte pour un épisode douloureux inflammatoire, non calmé par le paracetamol, dans le cadre d’une spondylarthrite ankylosante. Je lui prescris un anti-inflammatoire et me pose la question de la prescription associée d’un inhibiteur de la pompe à proton. Elle ne présente pas d’antécédent d’ulcère gastrique.

2) Question :

La prescription d’un inhibiteur de la pompe à protons chez une femme de moins de 65 ans, sans facteur de risque associé, en prévention des complications digestives d’un anti-inflammatoire, est-elle justifiée par les données validées de la science? (suite…)

Polyarthrite rhumatoide et spondylarthrite ankylosante: les coxibs sont des traitements dangereux.

Louis Adrien DELARUE dans sa thèse (présentée et soutenue publiquement le 06 juillet 2011 à Poitiers) se pose la question :
“Les Recommandations pour la Pratique Clinique élaborées par les autorité sanitaires française sont-elles sous influence industrielle? A propos de trois classes thérapeutiques”.

Son analyse porte notamment sur les coxibs.
Quatre inhibiteurs de la COX-2 ont été successivement commercialisés en France, depuis l’an 2000:

  • rofécoxib (ex-Vioxx°)
  • étoricoxib (Arcoxia°),
  • parécoxib (Dynastat°)
  • célécoxib (Celebrex°)

Quel est le rapport bénéfice/risque des coxibs ?
Quel progrès thérapeutique les coxibs sont-ils susceptibles d’apporter aux patients en comparaison des médicaments plus anciens ?  (suite…)

Les Recommandations pour la Pratique Clinique élaborées par les autorités sanitaires françaises sont-elles sous influence industrielle ? A propos de trois classes thérapeutiques. (thèse L.A. DELARUE, juillet 2011)

Accéder au texte intégral de la thèse

Accéder au Document de travail

 

Voilà une thèse dont on parle et dont on n’a pas fini de parler :
Question somme toute assez simple :
Les recommandations censées guider la pratique des médecins sont-elles rédigées en toute indépendance et pour le seul plus grand bien des patients ? (suite…)

… une visiteuse médicale qui m’invite à une formation rhumato.

Madame,

Je tiens par la présente à vous remercier de l’invitation que vous m’avez adressée pour la soirée du 26 mai 2011 prochain et qui aura pour thème la prise en charge des patients arthrosiques, dont notamment l’activité physique et les AINS.

Je ne pourrai malheureusement pas être présent, car cela fait plusieurs années que je ne reçois plus de visiteurs médicaux, et je me vois mal être invité au restaurant dans le cadre de la présentation de votre dernière molécule l’Etoricoxib commercialisée depuis 2009, sous le nom d’ARCOXIA°. (suite…)

Nimésulide (Nexen) et protocole ALD

Quand une pathologie relève d’un affection de longue durée1 , le médecin traitant rempli, conjointement avec le médecin conseil, un protocole de soins qui détermine notamment les traitements que le patient doit suivre et pour lesquels la participation de l’assuré peut être limitée ou supprimée. Le patient est tenu de communiquer ce protocole à tout médecin consulté.

Il s’avère que le Nimésulide (Nexen) a, en l’état actuel des données de la science, un rapport bénéfice/risque tout à fait défavorable. (suite…)

  1. Article L324-1 du code de la sécurité sociale []

Nimésulide (Nexen°)

Mise à jour le 17/02/2014

 


En 1998 était commercialisé, en France, par le laboratoire Thérabel Lucien Pharma, un AINS le Nexen ® (Nimésulide) avec une AMM pour “traitement symptomatique de l’arthrose douloureuse”, secondairement étendue aux “traitement des douleurs aiguës” et aux “dysménorrhées primaires” dès 12 ans.

Une promotion intense de ce médicament était alors faite par le laboratoire le commercialisant  en communiquant notamment sur sa sélectivité d’action sur les cyclo-oxygénases de type 2 (COX 2) et ses moindre effets indésirables gastriques. (suite…)