cancer

Vous avez dit campagne organisée de dépistage du cancer du sein par mammographie ?

Le 25 Avril 2014 était publié dans le BMJ un article intitulé  “Breast cancer screening pamphlets mislead women. All women and women’s organisations should tear up the pink ribbons and campaign for honest information” Gerd Gigerenzer (BMJ 2014;348:g2636(Les brochures de dépistage du cancer du sein trompent les femmes . Toutes les femmes et les organisations de femmes doivent arracher les rubans roses et faire campagne pour une information honnête des femmes.) et dont voici le préambule : “Pourquoi devrais-je passer une mammographie ?” Cette question est régulièrement posée dans les brochures pour le dépistage. La réponse est aussi régulièrement trompeuse. On leur dit ce qu’elles doivent faire, mais sans donner les faits nécessaires pour prendre des décisions éclairées. Cette forme de paternalisme a une longue tradition. Dans une campagne d’ affiche dans les années 1980, l’American Cancer Society déclarait : « Si vous n’avez pas eu une mammographie, il est nécessaire que vous ayez plus qu’un examen clinique de vos seins. » À la suite de ce paternalisme et de la culture de ruban rose, presque toutes les femmes ont  une fausse impression du bénéfice de la mammographie de dépistage. Par exemple, 98% des femmes en France, en Allemagne, et aux Pays-Bas surestiment  son avantage par un facteur de 10, 100, ou plus, ou ne savent pas. Plus surprenant, celles qui consultent fréquemment leur médecin ou lisent les brochures de santé étaient légèrement moins bien informées. Les femmes russes ont l’estimation la plus réaliste parmi celles des neuf pays européens de l’étude, non parce qu’elles ont plus d’information à leur disposition, mais parce qu’en Russie il y a moins de brochures trompeuses de type “rubans roses”. La désinformation doit cesser.”… (suite…)

Une ADOC harcelante

Femme et médecin généraliste : deux raisons de remettre en cause le dépistage du cancer du sein par mammographie.

(suite…)

Dépistage du cancer du sein par mammographie : les effets indésirables l’emportent sur les effets bénéfiques

Capture d’écran 2014-03-12 à 11.15.14L’utilité d’un dépistage systématique du cancer du sein par mammographie fait l’objet de controverses dans de nombreux pays depuis un certain nombre d’années.

le Swiss Medical Board, organisme suisse indépendant, a publié le 15 décembre 2013 un rapport concernant ce dépistage. Il y pose la question de savoir s’il est possible, grâce aux mammographies systématiques, de détecter des tumeurs à un stade plus précoce. Et ce afin de prolonger la survie, avec une bonne qualité de vie, des femmes concernées et, à terme, réduire la mortalité par cancer du sein.

En voici une présentation : (suite…)

Pathologies thyroïdiennes

Lors de notre exercice professionnel se pose régulièrement les questions suivantes :


Face à un nodule thyroïdien de découverte clinique ou fortuite quel bilan proposer ?
Toutes les hypothyroïdies sont-elles à traiter par lévothyroxine (Lévothyrox°) ?
Devant une TSH basse quel diagnostic évoquer ?

L’arbre décisionnel « Outil de prise en charge des pathologies thyroïdiennes » se propose de nous accompagner dans notre démarche clinique.

Outil de prise en charge des pathologies thyroïdiennes

A propos du dépistage du cancer du sein

Conférence-débat de Peter Gotzsche

Alors qu’ Octobre Rose bat son plein le 4 octobre 2012 La Revue Prescrire a invité Peter Gotzsche, expert de renommée mondiale sur le dépistage du cancer du sein, à s’exprimer au cours d’une conférence-débat organisée dans le cadre de la remise des Prix Prescrire.

Le titre de cette conférence est «Trop dépister les cancers nuit-il à la santé ? L’exemple des cancers du sein».

En introduction le scientifique rappel que «le véritable effet du dépistage n’est pas connu avec certitude». (suite…)

Un généraliste écrit à des radiologues qui confondent informations et publicité douteuse.

A l’attention de:!Xxxxxxxxxxxxx
! ! ! xxxxxxxxxxxxx
! ! ! xxxxxxxxxxxxx
Chère consœur, cher confrère,
Je vous remercie pour les bons vœux que vous m’avez envoyé récemment, assortis d’une
plaquette d’information pour le nouvel équipement mammographique que vous mettez à
disposition dans votre cabinet.

(suite…)

Un généraliste écrit au médecin coordonateur du centre de dépistage organisé des cancers.


Cher confrère,
Je viens une fois de plus vers vous pour partager quelques réflexions autour d’un sujet qui me tient à cœur autant qu’à vous: le dépistage du cancer du sein par la mammographie.
Je me croyais plutôt à l’aise dans la connaissance des procédures que vous faites appliquer dans le cadre de la coordination de ce programme dans notre région, grâce en particulier à quelques prospectus que me transmet de temps en temps l’InCa1.
Je me trompais.

(suite…)

  1. http://www.e-cancer.fr/component/docman/doc_download/5767-le-medecin-traitant-dans-ledepistage-
    organise-du-cancer-du-sein-octobrerose-2010 []

Leçons du dépistage du cancer du sein pour les soins, la recherche et l’expertise

Bernard Junod est médecin de santé publique et épidémiologiste.
Depuis de nombreuses années, il milite pour qu’une information honnête soit apportée aux femmes dans le cadre du dépistage du cancer du sein par mammographie.

Avec son aimable autorisation, nous vous proposons le texte de son intervention au Collège de France le 28 juin 2012, lors du

Forum science, recherche et société
Le Monde et La Recherche

Le dépistage du cancer du sein sauve-t-il réellement des vies ?

(suite…)

Aspirine en prévention primaire : une indication au cas par cas.

Effets vasculaires et non vasculaires de l’aspirine.
Méta-analyse d’essais contrôlés randomisés.

Résumé en français de l’article de Sreenivasa Rao Kondapally Seshasai, MD, MPhil; Shanelle Wijesuriya, MA, MBBChir; Rupa Sivakumaran, MA, MBBChir; Sarah Nethercott, MA, MBBChir; Sebhat Erqou, MD, PhD; Naveed Sattar, MD, PhD; Kausik K. Ray, MD. Arch Intern Med. 2012;172(3):209-216. Published online January 9, 2012.doi:10.1001/archinternmed.2011.628.

«Le rapport bénéfice/risque de l’aspirine en prévention des événements cardio-vasculaires et non vasculaires reste incertain. Il est nécessaire d’évaluer l’impact (et la sécurité) de l’aspirine sur les événements vasculaires et non vasculaires en prévention primaire. En effet les méta-analyses ont montré,  à ce jour, un bénéfice modeste de l’aspirine dans la prévention primaire des pathologies cardio-vasculaires, la question qui se pose étant de savoir dans quelle mesure ce bénéfice est contre balancé par des épisodes hémorragiques.
Des études récentes de prévention primaire et secondaire suggèrent aussi une réduction significative de la baisse de mortalité par cancer pour les personnes recevant une prophylaxie par aspirine. Il est donc nécessaire de savoir si une utilisation plus répandue de cette thérapeutique doit être préconisée.
De plus les guides thérapeutiques actuels préconisant l’aspirine en prévention primaire des risques cardio-vasculaires sont basés sur des études publiées avant 2005, alors que depuis, au moins trois autres études ont été publiées. (suite…)

Un généraliste écrit à un Centre de Prévention et d’Education pour la Santé qui rend malade ses assurés!

Je reçois ce jour dans ma boite aux lettres le compte rendu d’un examen systématique de dépistage proposé aux assurés de ma CPAM.
En l’espèce il s’agit d’un patient de 78 ans en parfaite santé …
on peut y lire à deux reprises :
« Votre examen périodique de santé a montré des anomalies, pour lesquelles nous vous conseillons de consulter (dès que possible) votre médecin traitant :
Prostate à surveiller »

“Conseil de prévention:
une surveillance prostatique est conseillée”

J’en ai plus que marre!

Voici ma réponse (suite…)

Dosage du PSA: peu ou pas de baisse de la mortalité par cancer de la prostate, des effets indésirables majeurs.

En 2008 l’USPSTF (groupe de travail du service de prévention des Etats Unis d’Amérique) a effectué une revue de la littérature concernant le rapport bénéfice-risque du dépistage du cancer de la prostate par dosage de la PSA (prostate specific antigen) et émis des recommandations .

Depuis lors, des essais à grande échelle sur ce sujet ayant été publiées, l’USPSTF a commandé deux études afin de synthétiser les données actuelles et résumé les données Capture d’écran 2014-04-06 à 12.17.32issues de ces études dans un article publié en octobre 2011. Ces données montrant un rapport bénéfice/risque nettement en défaveur du dépistage du cancer de la prostate par dosage de la PSA, l’USPSTF a publié dans le même mois un avis provisoire défavorable de grade D sur ce dépistage. 

Nous nous proposons de résumer ici cet article: (suite…)

… au médecin responsable du programme régional du dépistage du cancer du sein.

Madame le docteur Y,

Je souhaiterais avoir votre avis sur cet article concernant le dépistage du cancer du sein.

Je vous incite également à regarder le lien suivant qui résume bien le livre « No mammo » de Rachel Campergue.

Je suis en train d’en terminer la lecture et je ne vous cache pas que je me pose beaucoup de questions sur le dépistage du cancer du sein.

Quel discours proposer à nos patientes ?

Pourquoi un item spécifique y est consacré dans la nouvelle prime à la performance quasi imposée aux médecins généralistes ? (nombre de patientes MT de 50 à 74 ans participant au dépistage (organisé ou individuel) du cancer du sein rapporté au nombre de femmes MT de 50 à 74 ans)

Par ailleurs, avez-vous connaissance des bilans en alternance qui sont régulièrement pratiqués et qu’en pensez-vous ? (mammographie et/ou écho un an après la mammographie du dépistage organisé puis les patientes reviennent un an après ce bilan pour un nouveau dépistage organisé)

Je suis à votre disposition pour en discuter et je vous remercie par avance de l’intérêt que vous voudrez bien porter à mes diverses interrogations.

Bien confraternellement (suite…)

Existe-t-il une surmortalité chez les femmes dépistées par mammographie? Méta-analyse sur la mortalité non liée au cancer du sein (thèse L.FAYOLLE, novembre 2011)

Accéder au texte intégral de la thèse

 

Comme le souligne Laure FAYOLLE dans sa thèse, le médecin généraliste, acteur majeur de santé publique, se doit de donner une information claire à ses patients sur l’intérêt des différents dépistage et de respecter le principe de “primum non nocere”.

Son travail fait dans un premier temps un point très complet sur le cancer du sein et son dépistage par mammographie. Dans un second temps elle réalise une méta-analyse afin de savoir s’il existe une surmortalité en dehors du cancer du sein chez les femme dépistées. (suite…)

Dépistage organisé du cancer du sein: Information ou Communication?

Avec l’arrivée d’Octobre, le ruban rose s’affiche partout. Pas une journée sans qu’un média n’en parle, ne relaye l’information officielle.
Chacun est encouragé à convaincre toutes les femmes qu’il connaît, à montrer ses seins pour les sauver. La promesse d’une vie sauvée, contre une maladie toujours présentée comme mortelle, est au cœur du message.
Mieux qu’un ciment social, le ruban rose est notre bouclier contre le cancer du sein. A ce niveau de communication envahissante, l’enjeu doit être majeur.
Il l’est : seule une femme française sur deux répond aux invitations pourtant gratuites. Cette année 2011, le ruban s’est donc décidé à relever le gant pour battre le record du monde de la plus longue communication.1
C’est donc le mois de la communication universelle pour le dépistage du cancer du sein. Mais, malgré ces méthodes de très forte incitation, voire de coercition, les preuves scientifiques étayant ce dépistage sont de plus en plus controversées.
En effet, le bénéfice en terme de mortalité est constamment revu à la baisse, et tant le surdiagnostic 2 que le surtraitement3 ont des conséquences néfastes de mieux en mieux connues et importantes.
Avant de prendre la décision de pratiquer ce dépistage, mieux vaut avoir eu accès à une information sur ces points4. La qualité de cette information a depuis près de 15 ans, fait l’objet d’analyse scientifique que nous abordons dans cet article.

(suite…)

  1. Selon l’INCA au 11 Novembre 37 000 km de ruban rose ont été réalisés par 50 000 personnes. Sur : http://www.e-cancer.fr/depistage/depistage-du-cancer-du-sein/ruban-rose []
  2. Junod B. Surdiagnostic et dépistage du cancer du sein. Sur : http://www.formindep.org/Surdiagnostic-et-depistage-du.html []
  3. Une étude publiée en septembre 2011 montre un surcroît de mastectomie mutilante et non de chirurgie non invasive. Suhrke P, Maehlen J, Schlichting E, Jørgensen KJ, Gøtzsche PC, Zahl PE. Effect of mammography screening on surgical treatment for breast cancer in Norway: comparative analysis of cancer registry data. BMJ 2011;343:d4692 doi: 10.1136/bmj.d4692. []
  4. Rappelons que l’information loyale est l’un des fondements de la loi Kouchner de mars 2002 dans l’article L.1111-2 du code de santé publique. Sur : http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000020890189&cidTexte=LEGITEXT000006072665 []

… un médecin coordinateur du dépistage par mammographie qui me veut du bien mais qui m’informe mal.

Monsieur le médecin coordinateur du dépistage organisé du cancer du sein, 

Vous m’avez adressé une invitation au dépistage organisé du cancer du sein. Ce dépistage m’est donc adressé comme à toutes les femmes de ma tranche d’âge.

Vous me dites à propos de ce dépistage :

“au cours de sa vie, près d’une femme sur huit sera confrontée à ce cancer qui met en général plusieurs années à se développer. Il est donc essentiel, dès 50 ans, de participer au dépistage organisé afin de pouvoir traiter au plus vite d’éventuelles anomalies”. 

De plus dans la plaquette d’information que vous me joignez il est écrit :

”Le dépistage du cancer du sein permet de déceler d’éventuelles anomalies très tôt, en l’absence de tout symptôme. Cela permet de se soigner plus facilement et d’avoir les plus grandes chances de guérison”.

Dans la même période, j’ai également reçu une invitation pour participer, en tant que médecin, le samedi 19 novembre 2011 à la « 3ème JOURNEE PREVENTION ET SANTE EN VAL D’OISE », organisée par Prévention et Santé en Val d’Oise (on appréciera tout particulièrement le cadre, le repas offert ainsi que le spectacle. Un grand merci aux souteneurs institutionnels)

Il y a deux ans, en toute confiance, j’ai effectué le dépistage par mammographie.

Cette année, divers éléments m’ayant interpellée, j’ai voulu connaître  les données actuelles de la science à propos du dépistage systématique du cancer du sein par mammographie avant de me décider. Voici le résultat de mes recherches : (suite…)