ORL

Utilisation du test de diagnostic rapide des angines en médecine générale : analyse des pratiques des médecins généralistes installés en Haute Vienne

                                                                 Accèder au texte intégral de la thèse

« Les antibiotiques ont été une avancée majeure dans la thérapeutique, au point d’être devenus, dans l’imaginaire collectif, capables de soigner toutes les pathologies infectieuses qu’elles soient bactériennes ou virales, ou qu’elles nécessitent un traitement ou pas. Les prescriptions ne sont pas uniquement fondées sur les données cliniques et scientifiques. L’anxiété du prescripteur, son expérience, ses habitudes et celles du lieu où il exerce, la possibilité de suivre le patient ou non, le moment de la semaine (veille de week-end). La perception que le médecin a des attentes du patient joue également un rôle ». (suite…)

Prescription par les médecins généralistes de Haute-Vienne de corticoïdes par voie orale dans les pathologies ORL à partir de données de l’assurance maladie de novembre 2010 à février 2011

                                                                                                                                                                                                Accéder au texte intégral de la thèse

Au cours de son apprentissage de médecin généraliste Audrey Jaouen ayant été confrontée à la prescription de corticoïde dans les pathologies de la sphère ORL, motifs courants de consultation, s’est posée la question de leur justification. Elle en a fait le sujet de sa thèse de doctorat.

Elle débute par un rappel historique, pharmacologique et des effets indésirables des corticoïdes, ainsi que de leurs interactions médicamenteuses et de leurs contre-indications.

Ensuite elle effectue une recherche sur les données factuelles concernant la prescription de corticoïdes dans le cadre des infections ORL :

  • AMM : « prednisolone, prednisone, bétaméthasone, dexaméthasone : certaines otites séreuses, polypose nasosinusienne, certaines sinusites aiguës ou chroniques, rhinites allergiques saisonnières, laryngite aiguë striduleuse »
  • Revues de la littérature (Cochrane, Le Revue Prescrire) et des recommandations Françaises, Européennes et Etasuniennes : « Les corticoïdes per os ne sont pas recommandés dans les pathologies infectieuses ORL à l’exception de la sinusite maxillaire aiguë de l’adulte mais si, et seulement si, elle est hyperalgique » 
  • Effets indésirables des cures courtes : « risques d’allergie, myopathies transitoires, troubles de l’humeur qui peuvent aller de l’agitation, l’insomnie, l’anxiété, la distractibilité, l’hypomanie, l’irritabilité à des états maniaques, des états dépressifs ou mixtes ou des états délirants »… »déséquilibre de maladies chroniques(HTA, diabète) »… »Il existe également un risque infectieux lors de la prise de glucocorticoïdes dans un contexte d’infection bactérienne sans la couverture antibiotique nécessaire avec notamment le risque de développer une cellulite ». (suite…)

Sinusite bactérienne ? Le plus souvent, la clinique suffit.

Le diagnostic d’une sinusite aiguë bactérienne peut être fait cliniquement devant la persistance et l’augmentation d’intensité de la douleur sinusale surtout si elle est unilatérale, la purulence de la rhinorrhée et l’inefficacité du traitement symptomatique au delà de 48 heures. L’impact de l’antibiothérapie est modeste sur la guérison.

Le recours aux examens complémentaires (radios, scanner, prélèvements) n’est pas nécessaire dans la majorité des cas.

1) Situation :

M. K. me consulte après une semaine de rhinite qui est progressivement devenue purulente. Depuis deux jours il souffre de maux de tête, il s’est senti fébrile cette nuit. Ces signes lui évoquent une sinusite qu’il a fait l’an dernier.

Il  ne souhaite pas arrêter son travail mais demande un « traitement efficace ». J’hésite à le mettre sous antibiotiques …

2) Question :

La clinique est-elle suffisante pour affirmer l’origine bactérienne d’une sinusite et entrainer la mise sous antibiotique ou des examens complémentaires sont nécessaires ?

(suite…)