Recommandations HAS et statines.

En prévention primaire des facteurs de risque cardio-vasculaires la HAS recommande une large prescription d’une statine chez le diabètique de type 2:

• »Les données sur la prévention cardiovasculaire primaire lors du diabète montrent une réduction de la morbimortalité chez 3985 diabétiques (principalement de type 2) lors de l’étude HPS. »1


•”L’essai HPS démontre donc le bénéfice d’un traitement par simvastatine pour les patients diabétiques avec ou sans atteinte coronaire, quel que soit le taux initial de LDL-cholestérol.Cet essai clinique a conduit à étendre l’AMM de la simvastatine à la prévention cardiovasculaire primaire chez le diabétique à haut risque cardiovasculaire indépendamment de la concentration du LDL cholestérol initial.” ainsi que:”L’essai CARDS démontre donc le bénéfice d’un traitement par atorvastatine pour les patients diabétiques en prévention primaire à niveau de risque cardiovasculaire moyen ou élevé.”2


•En conclusion
:”Le groupe de travail considère qu’il convient de prendre en 
compte en priorité le niveau de risque cardiovasculaire global du 
diabétique plus que la concentration du LDL-cholestérol(Accord 
professionnel). Il convient donc d’introduire un traitement par une 
statine ayant montré une efficacité en prévention cardiovasculaire 
chez le diabétique dès lors que le niveau de risque cardiovasculaire global 
est élevé (Accord professionnel)”3


•La synthèse du référentiel précise que: « Il est recommandé – au vu des essais d’intervention par 
hypolipémiant consacrés spécifiquement aux diabétiques, (les études 
HPS et CARDS) et de la compilation des essais comportant des sous 
groupes de diabétiques – d’introduire, quel que soit le niveau du LDL 
cholestérol,une statine ayant démontré une efficacité sur la réduction 
du risque de complication ischémique (atorvastatine, simvastatine). »4


•Ces recommandations reposent principalement sur deux études: HPS et CARDS. Or les résultats de ces études sont relativisés par d’autres études: ALLHAT-LLT,ASCOTT-LLA et ADDITION. L’étude de l’ensemble de ces essais nous a permis de conclure que la prescription d’une statine devait se faire en fonction du risque cardiovasculaire mais aussi de la concentration du LDL cholesterol. Cf :
Statine en prévention primaire chez le diabètique.


Il est donc possible de conclure qu’en terme de traitement de la dyslipidémie dans le cadre de la prévention cardiovasculaire primaire chez le diabètique de type 2, cette recommandation HAS de novembre 2006 n’est à ce jour pas recommandable.


  1. page 107 []
  2. page 108 []
  3. page 109 []
  4. page 11 []

Commentaires fermés.