… une directrice d’EHPAD

Madame,

Pour faire suite à notre conversation téléphonique de ce jour, dans le cadre de la proposition de contractualisation avec l’EHPAD que vous dirigez, et en tant que médecin traitant de Monsieur Z, je vous confirme mon refus de toute forme de contractualisation avec votre établissement dans le cadre de ce décret, pour continuer à prodiguer des soins à ce patient …

Si la poursuite des soins dans votre structure s’avérait impossible hors de ce cadre, je vous prie de bien vouloir informer le patient de mon impossibilité à continuer à le suivre, et à bien vouloir lui proposer un autre médecin traitant.

Les termes ce de contrat s’avèrent susceptibles d’exposer mes patients à des soins influencés par d’autres données que celles de la science, soumis par exemple à des intérêts comme ceux de l’industrie pharmaceutique, dans le cadre de « référentiels de bonne pratique » (article 4-2) ou de « listes de médicaments » (article 2-3) insuffisamment protégés de ces influences. Il s’agit donc, ainsi que le démontre tristement l’actualité médicale, d’un risque sanitaire avéré auquel je ne saurais exposer les patients qui m’honorent de leur confiance.

A cette impossibilité majeure d’ordre déontologique qui concerne la qualité des soins, s’ajoutent des contraintes professionnelles inacceptables en l’absence de rémunération spécifique, pour des médecins généralistes surchargés, et dont la pertinence ne m’apparaît pas clairement à la lumière de l’intérêt des patients.

Je vous prie de bien vouloir accepter, Madame la Directrice, l’expression de mes salutations les plus respectueuses.

Commentaires fermés.