Des intervenants mal venus au congrès de la médecine générale Nice 2012

Le congrès de la médecine générale, s’est déroulé à Nice du 21 au 23 juin 2012.

Il a été perturbé par l’irruption d’un groupe de dangereux individus, osant remettre en cause les partenariats de cette manifestation.
Nous avons demandé quelques explications à ces malotrus.

Voix Médicales :
Le congrès de la médecine générale de Nice a été marqué par votre intervention surprise. Qui êtes-vous ?

Mouvement de Désaliénation des Médecins :
Le Mouvement de Désaliénation des Médecins! C’est à dire, pas grand chose… juste un regroupement d’une vingtaine de citoyens, indignés par l’idée que le rassemblement annuel des médecins généralistes puisse laisser une place aux industriels de tous bords: laboratoires pharmaceutiques, MacDonalds, Coca-Cola, et qui ont donc choisi de sortir du silence et de se mobiliser.

Voix Médicales :
Mouvement de désaliénation des médecins ? Vous pensez donc que les médecins sont aliénés ?

Mouvement de Désaliénation des Médecins :
Malheureusement oui… Bien sûr, on ne se permet pas de juger les personnes, mais on pense que leur manière de pratiquer la médecine est modifiée par ces influences industrielles. L’influence des petits cadeaux sur la pratique des médecins a été démontrée1, et on ne peut pas penser que les industriels présents sur ce congrès seraient assez fous pour investir de l’argent si cela ne leur assure pas un retour sur investissement…
Mais on ne veut pas accuser les médecins directement et personnellement d’être aliénés, car on pense que ces influences sont en bonne partie systémiques, et on comprend la nécessité ou l’intérêt pour certains médecins de participer à ce congrès (par exemple pour présenter des travaux de recherche). On voulait surtout dénoncer les organisateurs du congrès pour la tribune gigantesque qu’ils offrent à ces industriels, et donc pour leur contribution à l’aliénation de la médecine et des médecins!

Voix Médicales :
Ce type de manifestation est toujours financée par les firmes pharmaceutiques.
La présence d’industriels agroalimentaires a-t-elle été la goutte de soda qui a fait déborder le (la) vase ? 

Mouvement de Désaliénation des Médecins :
Oui, en tous cas pour nous ça a été le cas. Nous sommes bien sûr déjà très choqués que ce congrès soit financé par de nombreux laboratoires pharmaceutiques, mais c’est malheureusement fréquent et banal. L’industrie pharmaceutique influence depuis longtemps la formation médicale, la prescription, mais aussi le contenu de la médecine, ce congrès se situe donc dans cette continuité désastreuse.

Mais c’est en réalisant (grâce à l’affiche réalisée par Charles Hambourg, médecin généraliste à la Case de Santé de Toulouse) que Macdonalds et Coca-Cola allaient tenir des stands et intervenir dans ce congrès que nous avons été indignés au point de vouloir créer une mobilisation. La contradiction entre ces industries et la santé était évidente et la moquerie était donc très facile! Les organisateurs étaient-ils donc tellement coupés des réalités au point de ne même pas se rendre compte du caractère ridicule et insultant pour la médecine générale de ces partenariats? On a pensé qu’on ne pouvait pas laisser cette nouvelle atteinte à l’indépendance de la médecine se produire sans protestation, il fallait les mettre devant leurs contradictions.

Mais nous avons fait le choix dans notre intervention de profiter de ces partenariats ridicules pour dénoncer les influences industrielles dans leur ensemble, et donc bien sûr l’industrie pharmaceutique.

Voix Médicales :
Quel était votre objectif en intervenant de la sorte ?

Mouvement de Désaliénation des Médecins :
On voulait tourner en dérision ce congrès et ses partenaires, à la fois auprès des participants, mais aussi sur la place publique, et notamment dans les médias.
On a donc utilisé des modes d’intervention ironiques (faux laboratoires, faux partenaires pour l’année prochaine, clowns, etc.), assez revendicateurs pour certains (ultimatum d’annulation de la session Coca), mais permettant un débat et une réflexion avec les participants sur les influences industrielles.
Ce qui était très important pour nous c’était aussi d’affirmer que la santé est avant tout l’affaire des citoyens, et donc que des actions citoyennes sont nécessaires pour résister contre ce qui peut lui porter atteinte.2
Évidemment, notre objectif était aussi de faire changer les choses au niveau des partenariats de ce congrès, et donc au moins de faire en sorte que MacDonalds et Coca-Cola ne soient pas là l’année prochaine… On verra si ça a marché!

Voix Médicales :
Quelles réactions avez-vous constaté de la part des congressistes ?

Mouvement de Désaliénation des Médecins :
Assez variées, mais globalement nous avons été étonnés de la bienveillance avec laquelle nous avons été accueillis. Ce qui nous a frappé, c’est qu’une grande partie des médecins participant à ce congrès essaient d’éviter les influences industrielles dans leur pratique quotidienne (ils lisent Prescrire, ne reçoivent pas les visiteurs médicaux, etc.), et étaient gênés par ce partenariat avec les industriels au Congrès de la Médecine Générale. La plupart étaient donc assez d’accord avec nous, mais subissaient la présence de ces partenaires sans réagir.
Quelques exceptions cependant: certains médecins se sentaient attaqués personnellement par notre action, et avaient donc des réactions parfois assez violentes, que nous avons eu du mal à désamorcer; quelques autres fuyaient pour éviter de nous parler…
Les quelques discussions enflammées que nous avons eues avec des représentants de laboratoires pharmaceutiques partenaires du congrès ont été sportives, mais très importantes car cette confrontation était nécessaire.

Voix Médicales :
Avez-vous pu discuter avec les organisateurs du congrès ?

Mouvement de Désaliénation des Médecins :
Oui, le président du Comité d’Organisation est venu discuter un long moment avec nous, ce qui était assez appréciable. Il nous a dit qu’il n’allait pas nous empêcher de mener notre action (sympa!), car il trouvait important que l’on puisse s’exprimer.
Mais nous avons beaucoup débattu et nous n’étions pas du tout d’accord, car il ne voyait pas le problème de ces partenariats industriels, et estimait que sans eux, le congrès ne pourrait pas se tenir pour des raisons financières…

Voix Médicales :
Auriez-vous des propositions concrètes pour sortir de ce schéma de financements  ?

Mouvement de Désaliénation des Médecins :
Déjà, on peut se poser la question de la légitimité de ce genre de congrès, dans un lieu comme le Nice Acropolis : n’est-il pas possible d’organiser des regroupements plus modestes, au niveau local, régional ou national, et plus utiles en terme de recherche et de formation continue des médecins généralistes ?
Est-on obligé d’organiser un congrès comme celui-là au centre de Nice, dans un énorme bâtiment très cher ?
La revalorisation de la médecine générale passe-t-elle par l’organisation de congrès aussi clinquants et avec autant de laboratoires pharmaceutiques que les congrès des spécialistes?

Par ailleurs, plein de pistes concrètes nous ont été proposées par les participants: l’augmentation du prix pour les participants (qui peuvent se faire rembourser ensuite par des fonds spéciaux auxquels ils cotisent), la redirection de certaines cotisations (conseil de l’ordre, union régionale de médecins libéraux) vers le financement de la formation continue, la création d’une taxe sur les industriels, etc.
Les solutions concrètes existent, la meilleure preuve est que les médecins belges ont réussi à éradiquer les laboratoires pharmaceutiques de leur FMC!
Et si malgré tout cela il est réellement impossible d’organiser un congrès comme celui-là sans Coca-Cola, MacDonalds, ou les laboratoires pharmaceutiques, on préfère encore qu’il n’ait pas lieu!

Voix Médicales :
Le système ne s’étant pas radicalement modifié, envisagez-vous d’autres interventions ?

Mouvement de Désaliénation des Médecins :
Peut-être… On espère en tous cas que le Mouvement de Désaliénation des médecins continuera d’une manière ou d’une autre. Mais on ne veut pas non plus devenir les guignols attitrés des congrès médicaux, donc à nous d’être créatifs pour varier les modes d’action et les lieux d’intervention!

Voix Médicales :
Merci pour cette belle action citoyenne et probablement à bientôt….

 



  1. La Revue Prescrire, Petits cadeaux : des influences souvent inconscientes, mais prouvées, LRP septembre 2011, page 694-696 []
  2. Voir ici le compte-rendu fait par le groupe lui-même []

4 Commentaires

  1. Jean-Pierre Usdin dit :

    évidemment avoir eu l’imprudence d’accepter des fabriquants de produits alimentaires (et pas n’importe lesquels) et s’il s’était agit de produits bio? a suscité cette réaction tellement basique maintenant: les médecins sont à la botte des industriels et n’ont pas leur libre arbitre. conflits d’intérêt(s) on peut en voir partout car il y en a partout.
    le moindre placard publicitaire sur le bord de la route génère un conflit d’intérêt.
    tenez j’utilise la carte FNAC (conflit ordinateurs) affiliée à la GE (conflit matériel médical) et j’utilise des produits ménagers Bayer (médications) etc.
    la chasse aux sorcières continue.

    1. L'OURS dit :

      Vous êtes médecin? J’espère que vos diagnostiques sont motivés par plus de bonne foi!
      Vous mélangez votre cabinet médical avec le bord des routes..Dommage

  2. dalidaleau dit :

    Il est clairement nécessaire d’éclaircir ces partenariats et de réfléchir sur leurs influences professionnelles et publiques.
    Il y a quelque part légitimation de ces agro-industriels…
    Est-ce le rôle d’un rassemblement…?
    Probablement non…
    Il y a donc légitimation d’un mouvement de protestation.

  3. Jérôme dit :

    Hello les voix discordantes!

    Le mouvement de désaliénation de la médecine persiste et signe aux assises nationales des jeunes médecins généralistes, le 13 octobre 2012 à Paris. Voir la vidéo de leur intervention ici : https://www.massiliasantesystem.com/index.php/Désaliénation

    Massilia Santé System